L’exploitation d’uranium en Suède: combat territorial, enjeu national, intérêt mondial

L’exploitation de l’uranium en Suède n’est pas une affaire nouvelle. Dès la fin de la seconde Guerre Mondiale et le lancement du programme électronucléaire suédois, Stockholm avait porté son intérêt sur les gisements présents sur le territoire national. Le but était alors d’acquérir une indépendance énergétique complète en assurant localement l’ensemble de la chaine de production d’électricité atomique. Toutefois, l’opposition populaire à l’ouverture de mines grandit rapidement. En 1977, une manifestation massive rassembla 50.000 personnes sur le site uranifère de Ranstad dans le sud du pays, forçant le gouvernement suédois à stopper ses ambitions minières. Toutefois, les années 2000 ont vu réapparaitre les intérêts internationaux et nationaux pour les gisements suédois. Comment expliquer cette nouvelle dynamique ?

 

Diversification et sécurisation : nouveaux enjeux de l’approvisionnement en uranium


            L’énergie atomique ne représente qu’une part minoritaire du mix électrique mondial. Seulement 13% de l’électricité produite dans le monde provient de centrales nucléaires[1]. A ce jour, 435 réacteurs nucléaires sont en fonction dans le monde dans trente pays différents, soit huit de moins que le 11 mars 2011, date du séisme japonais et de la catastrophe de Fukushima. Pourtant ces éléments conjoncturels ne doivent pas cacher la dynamique qui anime le secteur nucléaire dans le monde. La tendance actuelle reste indéniablement à l’augmentation de la part de l’énergie atomique dans le mix électrique mondial. D’après la World Nuclear Association,62 réacteurs sont actuellement en construction dans le monde, dont 26 en Chine et 7 en Inde[2]. Selon la même source, 160 constructions de réacteurs seraient en projet. Comme la carte 1 le montre clairement, les pays émergents forment le moteur de ce que le journal Les Echos nommait en janvier 2012 « le renouveau nucléaire mondial »[3].





L’augmentation du nombre de centrales nucléaires en fonction dans les décennies prochaines signifie alors uneexplosion des besoins en uranium. Les technologies actuelles du nucléaire ne permettent pas encore de se libérer de cette matière première fondamentale et les capacités de recyclage sont encore aujourd’hui infimes. Dans cette situation de développement de l’énergie atomique, la concurrence entre pays sur les ressources existantes sera donc croissante.

La World Nuclear Association évalue les stocks mondiaux d’uranium extractibles à un prix qualifié de raisonnable ($130/kg) à 5.469.000 tonnes[4]. Cet organisme chiffre à environ 68.000 tonnes la demande mondiale en uranium pour l’année 2012[5]. Une simple division établit alors les réserves restantes à environ 80 années sans compter l’augmentation du nombre de centrales prévues dans les temps prochains. La pression gonflante de la demande sur les stocks limités engendre irrémédiablement une augmentation du prix au kilogramme de l’uranium. A moins de $8 la livre en 2000, l’uranium se négocie aujourd’hui à environ $70 la livre[6]. La flambée des prix des matières premières conduit les intérêts vers des extractions techniquement plus compliquées et plus coûteuses, mais devenant aujourd’hui économiquement viables.



Comme le montre le diatope 1, l’exploitation de l’uranium est caractérisée par une hyper-concentration des zones d’extraction (96% de la production d’uranium est condensée dans dix pays). Le Kazakhstan se situe en première position concentrant environ 35% de l’offre mondiale en minerai, suivi par le Canada (18%), l’Australie (11%), la Namibie (10%) et la Russie (10%)[7]. Au sein même de ces pays, les productions se centralisent sur un nombre restreint de mines. Dans ce contexte et afin d’éviter au maximum les situations de défaut, il est évidemment dans l’intérêt des importateurs de diversifier au maximum la provenance de leurs achats. Cette constatation est d’autant plus renforcée que, Canada et Australie mis à part, les extractions se concentrent dans des régions où le risque-pays géopolitique est important.

Face à tous ces nouveaux enjeux, la Suède rassemble l’ensemble des conditions pouvant attirer l’intérêt des exploitants d’uranium. Si l’Institut Géologique Suédois annonce que les quatre gisements du pays ne représentent qu’un seul pour cent des ressources mondiales en uranium, les entreprises minières avancent des études beaucoup plus optimistes[8]. Selon Aura Energy, les sites de Viken et du Storsjön dans le comté du Jämtland pourrait abriter le second plus grand gisement au monde d‘octaoxyde de triuranium, élément principal du combustible des centrales[9]. Dans le contexte d’augmentation des prix des matières premières, ces ressources, qui initialement étaient inintéressantes, deviennent économiquement viables. De plus, la stabilité politique du royaume accroit considérablement l’intérêt des industriels du secteur.

Deux compagnies, l’australienne Aura Energy et la canadienne Continental Precious Minerals, ont déjà émis leur volonté d’exploiter ces ressources et ont procédé à des forages de test. Cependant, ce retour d’une possible industrie uranifère en Suède réveille dans le pays un débat figé depuis la fin des années 1970. En effet, si les exploitations furent stoppées, aucun cadre législatif n’a statué sur la légalité ou la prohibition de l’extraction d’uranium sur le territoire.

 

Représentations au sein du débat parlementaire


C’est aujourd’hui au sein du Riksdag, le parlement suédois, que se décide l’avenir législatif de l’exploitation d’uranium. L’absence d’un cadre légal pour cette industrie a incité le parti Gröna (les Verts) à déposer une proposition de loi en février 2012, demandant l’interdiction complète de l’extraction de minerai uranifère dans le royaume. Cependant, les écologistes faisant partis de la coalition minoritaire au parlement, cette proposition de loi fut rapidement rejetée. Mais bien plus que le positionnement des formations politiques, ce sont les raisons, profondément géographiques, du refus qu’il importe de souligner.


Manifestation d’opposition à l’exploitation d’Uranium en Suède (06/03/2012)

Crédits : Teva Meyer


Les opposants à l’interdiction ont avancé comme argument l’inutilité constitutionnelle de cette nouvelle loi. En effet, en vertu du chapitre 17 du code de l’environnement suédois, les municipalités détiennent un droit de véto concernant toutes décisions nationales sur l’extraction d’uranium[10]. Un simple vote au conseil municipal permettrait d’empêcher l’ouverture d’une mine rendant ainsi inutile la création d’une loi de prohibition nationale. Toutefois, les partisans d’une interdiction de l’exploitation d’uranium en Suède dénoncent le caractère limité du droit de véto. La décision du conseil municipal n’a d’effet que sur le ban de la commune. Les nuisances de toutes sortes engendrées par une exploitation minière d’uranium ne se limitent pas aux frontières des municipalités. L’outil juridique que représente le droit de véto municipal ne serait alors pas adapté à l’échelle géographique de l’enjeu.

En Suède, l’octaoxyde de triuranium (U3O8) se trouve au sein de couches de schistes d’alun, accompagné par deux autres métaux: le molybdène et le vanadium. Si ces deux métaux rares sont particulièrement importants dans l’industrie des énergies, le second pourrait s’avérer crucial dans le développement du secteur renouvelable. En effet,présent dans des batteries à flux, le vanadium constitue l’élément central permettant de stocker d’importants volumes d’énergie électrique. Encore en cours de développement (majoritairement en Australie), cette technologie pourrait permettre d’accumuler la production des parcs éoliens, hydrauliques ou solaires afin de libérer l’électricité dans les périodes creuses. Alors que 96% du vanadium est aujourd’hui extrait des mines russes, sud-africaines et chinoises, la Suède pourrait devenir un leader de ce marché émergeant et stratégique pour le secteur des énergies renouvelables. Les tests d’Aura Energy ont montré la présence sur les sites du Jämtland de 700 millions de kilogrammes de molybdène et 7.5 milliards de kilogrammes de vanadium[11]. L’uranium se situant dans les mêmes couches rocheuses que le vanadium, l’interdiction d’extraction du premier empêcherait l’exploitation du second. En réalité, la proposition de loi ne précisant pas de cadre normatif pour les niveaux acceptables d’ U3O8,l’ensemble des exploitations minières en Suède pourraient être mises en question. Dans un pays ayant historiquement fondé son développement sur l’industrie minière (cuivre et fer), cet argument prit un poids considérable.

Après avoir abandonné par référendum populaire l’énergie atomique en 1980, le gouvernement suédois de centre droit décida de relancer le nucléaire civil en 2009. Ainsi, l’opportunité d’une production locale du combustible et l’espérance d’une plus importante indépendance énergétique a fortement incité les parlementaires de centre-droit à voter contre la prohibition de l’exploitation d’uranium.


L’utilisation des peuples autochtones comme vecteur de mobilisation


            Les gisements d’uranium ayant attiré l’intérêt des industriels se trouvent dans la région du Storsjön à quelques kilomètres de la ville d’Östersund dans le comté ou län (région administrative suédoise) du Jämtland. Le Jämtland est un des neuf län sur lesquels s’étend la nation sami ou laponne. Même s’il n’existe pas de recensement officiel,on estime la population sami à 70.000 personnes disséminées sur quatre pays : 40.000 en Norvège, 20.000 en Suède, 8.000 en Finlande et 2.000 en Russie[12]. L’histoire des relations entre le gouvernement central suédois et le peuple sami est conflictuelle. Plusieurs lois discriminantes prises au début du XXe siècle ont fait chuter démographiquement les populations indigènes dans le royaume. Les populations samis véhiculent alors encore aujourd’hui l’image d’un peuple historiquement martyrisé. Ainsi, si le poids politique des samis est aujourd’hui restreint (malgré l’existence d’un parlement indigène), la charge symbolique de ce peuple autochtone lui confère le statut de groupe de pression influent dans les processus décisionnels.


Les drapeaux sami et suédois conjointement hissés à Stockholm lors de la fête nationale sami le 6 février 2012

Crédits : Teva Meyer


Le peuple sami entretient une relation particulièrement conflictuelle avec l’énergie nucléaire. Alors que le nuage de Tchernobyl traversait en 1986 le territoire suédois, les pluies rabattirent les particules radioactives sur les contreforts des Alpes Scandinaves, contaminant la flore de la région et en particulier les lichens. Ces organismes présents en quantité dans le nord de la Scandinavie représentent la principale nourriture de pâturage des élevages de rennes. De ce fait, la contamination des cervidés fut effroyable. En 1986, 80% de la viande de renne présente en Suède fut incinérée et 30% des troupeaux furent décimés par la radioactivité[13]. Si l’industrie du renne n’est pas économiquement fondamentale pour la Suède, elle reste symboliquement centrale chez les populations samis.

La juridiction suédoise a instauré en 1971 la création de Sameby ou littéralement village sami. Il représente une aire géographique sur laquelle peut s’exercer l’élevage indigène de rennes.  En dehors de ces zones où s’appliquent des mesures protectrices, l’élevage traditionnel de cervidés est interdit. On en compte aujourd’hui 51 dont 11 dans le Jämtland (voir diatope). Quatre de ces Sameby se trouvent autour du Storsjön, au-dessus des potentiels gisements d’uranium. Ainsi, la crainte de voir leur territoire à nouveau mis en danger, comme en 1986, par l’industrie du nucléaire a fait se mobiliser les populations autochtones. Ce sont toutefois des personnes extérieures au peuple sami qui vont reprendre la thématique indigène dans leur stratégie de mobilisation.

On a en effet assisté fin 2011 à un rapprochement entre les partis écologistes suédois et australiens affirmant partager le même conflit des peuples autochtones contre l’industrie uranifère. La mobilisation sami contre les projets miniers serait identique à celle des aborigènes contre l’ouverture de nouvelles exploitations d’uranium en Australie. Ainsi en 2012, les deux partis organiseront des mobilisations communes dont le point d’orgue sera la venue d’un groupe de militant aborigènes pour un tour de Suède afin de sensibiliser l’opinion publique aux effets de l’industrie uranifère sur l’environnement et sur les droits des peuples indigènes. Jouant sur les remords d’une nation dont le travail de mémoire sur sa relation avec les populations indigènes est encore vivace, le peuple sami est indéniablement utilisé comme vecteur de mobilisation dans ce conflit.


Stratégies locales d’un combat territorialisé


Si le comté du Jämtland connait une densité de population particulièrement faible (2,6 hab/km²), les gisements de minerai se situent dans le seul pôle urbain de la région : le Storsjön qui rassemble plus de 70% de la population du comté. Cette concentration démographique est le premier élément de compréhension à l’émergence d’un conflit local.


Forage de test effectué dans la région du Storsjön par Aura Energy (2009)

Crédits : Aura Energy


La division politique constatée à l’échelle nationale se retrouve dans le comté, exception faite des centristes. Membres de la coalition au pouvoir ayant voté au parlement contre la prohibition des exploitations minières, les centristes sont au contraire les leaders politiques du conflit dans le Storsjön. L’explication est simple : c’est dans le Jämtland que les centristes réalisent nationalement le meilleur score et contrôlent le plus de commune. Se positionner localement pour l’extraction d’uranium reviendrait à s’aliéner l’appui populaire et risquer de perdre les prochaines élections. Comme expliqué auparavant, l’ouverture d’exploitation d’uranium est suspendue à l’opposition des droits de vétos communaux.  L’avenir de l’industrie uranifère dans la région dépendra donc de l’évolution du rapport de force local entre partis partisans et opposants. A l’heure actuelle, ce sont clairement les adversaires au projet qui détiennent les pouvoirs locaux. Toutefois, le flou légal laissé au niveau national motive la continuation des projets miniers.

S’il revient aux élus locaux de décider du sort d’un projet minier, les permis d’exploration sont, eux, délivrés par une administration nationale, le Bergsstaten, l’Inspection Minière de Suède. Dès 2008, cette administration délivra les premiers permis dans la région du Storsjön à Aura Energy et Continental Precious Minerals. Les communes concernées s’empressèrent de faire appel de ces décisions devant la Cour Suprême Administrative. Les plaintes furent toutes déboutées. En effet, dans le dossier de permis d’exploration, les entreprises minières feignirent de ne pas s’intéresser aux ressources en uranium, allant même jusqu’à sous-estimer leur quantité, et défendirent leur souhait d’explorer uniquement les gisements de vanadium et de molybdène. Les premiers forages (visibles sur le diatope) ayant montré de bons résultats, les entreprises parient clairement sur un changement politique local à long terme afin de poursuivre les projets uranifères.

Jamais profondément industrialisé, le Jämtland est historiquement une terre agricole et plus particulièrement sylvicole. La construction des premiers chemins de fer reliant le comté à Stockholm orienta rapidement l’économie de la région vers le secteur touristique. Aujourd’hui, les activités culturelles et touristiques génèrent 3.3 milliards de couronnes suédoises (385 millions d’euros) faisant de ces secteurs la première source de revenus du comté et employant 10% de sa population active[14]Östersund, nommée « Capitale de l’innovation gastronomique » par l’UNESCO en 2011, dispose de nombreux points d’intérêt et d’infrastructures de loisirs tel que le domaine skiable d’Ǻre Östersund qui est devenu un lieu de villégiature central en Suède (voir diatope). Ainsi, la possibilité de voir s’implanter une industrie uranifère dans le site du Storsjön est vécue comme une menace pour le développement touristique et économique de la région, d’autant plus que les premières études stipulent clairement que les exploitations devraient s’effectuer sous forme de mines à ciel ouvert, marquant ainsi profondément le paysage[15].

S’étendant sur 464 km², le Storsjörn est le cinquième plus grand lac de Suède. Ses rives sont prisées l’été par les baigneurs et servent de pistes de ski de fond et de patins à glace aux vacanciers l’hiver. Si la pêche n’y est aujourd’hui plus qu’un loisir, les eaux du lac restent une ressource fondamentale pour les habitants des communes le bordant. C’est en effet dans le Storsjön qu’est puisée l’eau potable distribuée aux habitants des communes d’Östersund, Berg, Krokom et Ǻre. L’industrie minière demandant de grande quantité d’eau, le risque de conflit d’usage sur le Storsjön est vécu comme une menace assez importante pour s’opposer aux projets uranifères.

Le caractère profondément local des craintes a permis dernièrement l’émergence d’associations d’opposants(Nätverket mot uranbrytning ou le réseau contre l’exploitation de l’uranium et Non à l’uranium dans le Storsjön). Dans le contexte mondial de regain d’intérêt pour les ressources en uranium et tenant compte de la situation politique nationale, il apparait clair que ce conflit local se pérennise. L’avenir de l’exploitation d’uranium en Suède se fondera donc sur la dynamique d’évolution des systèmes d’acteurs nationaux et locaux. Une victoire en 2014 de la coalition de gauche « Rödgrön » dont les écologistes sont une composante majeure enterrerait totalement les projets uranifères. Au contraire, dans le cas d’une pérennisation de l’alliance de centre-droit au pouvoir et d’un changement politique dans l’une des communes concernées, la Suède pourrait devenir le premier exportateur d’uranium en Europe.


Références

 

[1] Département de l’Environnement, L’énergie nucléaire dans le monde, [en ligne]http://www.bfe.admin.ch/themen/00511/00513/index.html?lang=fr (consulté le 06/05/2012)

[2] World Nuclear Association, World Nuclear Powers Requirements, [en ligne] http://www.world-nuclear.org/info/reactors.html (consulté le 06/05/2012)

[3] Stéphane Girardin, 2012 : année du renouveau nucléaire mondial, [en ligne] http://lecercle.lesechos.fr/entreprises-marches/finance-marches/energies-matieres-premieres/221141837/energie-2012-lannee-renouv (consulté le 06/05/2012)

[4] World Nuclear Association World Uranium Mining [en ligne] http://www.world-nuclear.org/info/inf23.html (consulté le 06/05/2012)

[5] World Nuclear Association, World Nuclear Powers Requirements, [en ligne] http://www.world-nuclear.org/info/reactors.html (consulté le 06/05/2012)

[6] Robert Jules, Le prix de l’Uranium résiste à Fukushima [en ligne]http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20120307trib000686907/le-prix-de-l-uranium-resiste-a-la-catastrophe-de-fukushima.html (consulté le 06/05/2012)

[7] Ibid (consulté le 06/05/2012)

[8] Geological Survey of Sweden, Uranium [en ligne] http://www.sgu.se/sgu/eng/samhalle/energi-klimat/uran_info_e.html (consulté le 07/05/2012)

[9] Aura Energy, Large Uranium resource potential in Sweden [en ligne]http://www.auraenergy.com.au/assets/Aura_Fremantle_0709.pdf (consulté le 07/05/2012)

[10] Gabriel Michanek, The law on mining and environmental protection in Sweden [en ligne]http://arcticcentre.ulapland.fi/docs/NIEM_mining_Michanek_paper.pdf (consulté le 07/05/2012)

[11] Aura Energy, Large Uranium resource potential in Sweden [en ligne]http://www.auraenergy.com.au/assets/Aura_Fremantle_0709.pdf (consulté le 07/05/2012)

[12] Institut Suédois, Le peuple sami en Suède, [en ligne] http://www.sweden.se/fr/Accueil/Travailler-vivre/Faits/Le-peuple-Sami-en-Suede–Un-peuple-arctique-aux-racines-ancestrales/ (consulté le 08/05/2012)

[13] Melanie Blackwell, Effects of Tchernobyl Disaster on Sami’s life [en ligne]http://www.utexas.edu/courses/sami/dieda/socio/chernobyl.htm (consulté le 08/05/2012)

[15] Henry Svensson, Jämtland lär av andra urankommuner, [en ligne] http://op.se/lanet/1.4101811-jamtland-lar-av-andra-urankommuner (consulté le 10/05/2012)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *