La transition électrique aux Emirats arabes unis: enjeux géopolitiques

Reposant entièrement sur le gaz pour sa production d’électricité, les Émirats arabes unis ont lancé en 2017 l’UAE Energy Strategy 2050 afin de diversifier leur approvisionnement, visant un mix énergétique composé à 44% par des sources renouvelables, 38% du gaz, 12% du charbon et 6% du nucléaire. Parallèlement, il s’agit de répondre au déficit structurel en moyens de production dans les quatre émirats du nord (Ajman, Fujaïrah, Ras el Khaïmah et Oumm al Qaïwaïn), dépendant des importations de Dubaï, Charjah et Abou Dabi. S’il s’agit de répondre à des enjeux internes pressant, et particulièrement à l’augmentation de la consommation pour soutenir un modèle économique énergivore, cette transition énergétique répond également aux ambitions géopolitiques des Émirats dans la région. Après avoir été le premier pays du Golfe à ouvrir une centrale nucléaire en août 2020, les EAU s’apprêtent à construire le premier barrage hydroélectrique et la première centrale au charbon de la région. De plus, alors que le réseau électrique reliant les 6 monarchies du Conseil de Coopération du Golfe (l’Arabie Saoudite, Oman, le Koweït, Bahreïn, les EAU et le Qatar) a été finalisé en 2011, l’augmentation des capacités pourrait faire des Emirats arabes unis un hub d’exportation dans la région.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search