Les dynamiques territoriales de la centrale de Fessenheim (2) : évolution du profil sociologique

Comme on a pu le montrer dans le premier article de cette série, l’influence de l’arrivée de la centrale nucléaire de Fessenheim sur les dynamiques démographiques est spatialement circonscrite, mais bien réelle. Seules les communes de Fessenheim (plus marginalement les villages immédiatement voisins), Ensisheim et Riedisheim ont vu leur population impactée par l’irruption du nucléaire, même si, dans ces deux dernières, l’installation des agents de la centrale a été diluée par la taille des municipalités.

Ces évolutions amènent alors à réfléchir aux conséquences de l’irruption du nucléaire sur le profil sociologique des communes concernées. Dans cet article, on propose de s’arrêter sur deux éléments – le niveau d’étude et la catégorie socioprofessionnelle des habitants – en mobilisant les séries chronologiques de l’INSEE, afin d’isoler l’influence de l’implantation de la centrale.

1- Qui sont les travailleurs du nucléaire ?

Certains films grand public comme « Grand Central » de Rebecca Zlotowski ainsi que différents documentaires tel que « Les nomades du nucléaire » d’Arte  ont donné à voir le quotidien des agents du nucléaire. En France, les travaux de Pierre Fournier (professeur de sociologie à l’université d’Aix-Marseille) et de Françoise Zonabend (professeur émérite de l’EHESS) ont documenté en détail leurs vies. Pour faciliter l’analyse, on peut sommairement diviser les travailleurs présents dans les centrales en trois groupes : les agents EDF, les employés extérieurs présents de manière permanente et les prestataires itinérants présents pour des missions de maintenance. Dans cette étude, on ne se penchera que sur les deux premières catégories. En restant concentré sur les deux données qui nous intéressent ici, que sait-on sur les travailleurs de la centrale de Fessenheim ?

La technicité de l’industrie nucléaire influence le niveau de qualification des agents EDF à Fessenheim. Sur les 850 salariés permanents de la centrale, 35% sont des cadres, 60% des techniciens et agents de maitrise contre moins de 4% d’agents d’exécution. À titre de comparaison, la part des cadres dans la population active française est de 17%. En dehors du niveau de qualification, la surreprésentation des agents de maîtrise par rapport aux agents d’exécution s’explique par les promotions octroyées aux salariés EDF de la centrale, embauchés en CDI pour 98% d’entre eux.

2- Une population plus diplômée et plus rapidement qualifiée

Si, comme on l’a vu précédemment, il n’y a pas de corrélation directe entre l’éloignement à la centrale nucléaire et la croissance démographique, il n’existe pas non plus de corrélation entre la distance à la centrale et l’évolution du niveau d’éducation, quel que soit le diplôme retenu. On reprendra ici la nomenclature de l’INSEE divisant la population en quatre groupes : sans diplôme autre que le brevet des collèges ; diplôme de niveau CAP ou BEP ; diplôme de niveau Baccalauréat ; diplôme d’études supérieures. Aucune des régressions linéaires inhérentes ne montre de coefficient de corrélation (r) ou de coefficient de détermination (R²) signifiant. L’arrivée de la centrale n’a eu d’influence que sur les communes impactées démographiquement.

La carte représentant la part des populations non diplômées montre que, s’il y a une diminution globale de cette catégorie dans le département, la commune de Fessenheim se singularise par une baisse plus précoce par rapport à celle des autres municipalités haut-rhinoises, et en particulier en comparaison avec les villages voisins. Cette distinction s’opère particulièrement entre 1968 et 1982, soit sur la période d’implantation de la centrale. Fessenheim continue de se singulariser par la suite par une faible part de population non diplômée.

La carte de l’évolution des populations non diplômées (ci-dessus) conforte cette analyse. On note une très forte baisse entre 1968 et 1982, bien plus importante que dans le reste du département et que dans les communes de la bande rhénane. En dehors de la réalité statistique de cette baisse, c’est sa perception par les habitants qui est politiquement intéressante. Lors d’entretiens menés auprès d’habitants de Fessenheim et portant sur leur perception des transformations entraînée par l’arrivée de la centrale, la montée en qualification de la population a été fréquemment évoquée comme un élément singularisant la commune dans son environnement.

À cette baisse des populations peu qualifiées répond une augmentation des diplômés du supérieur. On voit, sur la carte ci-dessus, une hausse très nette de leur part dès le recensement de 1975, soit 3 ans avant sa mise en service, faisant ressortir la commune de Fessenheim, tant à l’échelle de la bande rhénane qu’à celle du département. En 1975, 1982 et 1990, la part des diplômées du supérieur à Fessenheim se rapproche de celles des grandes agglomérations du département (Mulhouse, Colmar). Le village ne sera rattrapé par ses voisins que bien plus tardivement.

Si l’influence de la centrale sur les non-diplômées et les diplômées du supérieur est flagrante, ce n’est pas le cas pour la population uniquement titulaire d’un baccalauréat. Jusqu’en 1990, leur part ne diffère pas à Fessenheim par rapport aux municipalités avoisinantes. Après cette date, la commune connaît une légère augmentation. Si cette hausse ne peut être liée directement à l’arrivée du nucléaire, elle ne semble pas être entièrement décorrélée, d’après les informations obtenues lors d’entretiens. Comme on aura l’occasion de le développer dans de futurs articles, la centrale a transformé la commune de Fessenheim, en faisant un pôle central de services dans la bande rhénane. L’augmentation de la part des titulaires du bac s’explique, partiellement, par cette nouvelle attractivité.

3- Des cadres en augmentation face à la disparition des ouvriers et des agriculteurs

La surreprésentation des cadres et des techniciens au sein de la centrale de Fessenheim se traduit directement dans le profil sociologique de la commune.

Premièrement, on note une diminution précoce des agriculteurs à Fessenheim, dès 1968, par rapport aux autres communes où leur part ne chute sensiblement qu’à partir de 1990. Ce taux demeure par la suite réduit et ne connaît pas les mêmes fluctuations que les villages voisins. Si cette baisse est une conséquence mécanique de l’arrivée d’une nouvelle population détachée de l’agriculture, elle s’explique également par la vente de terrains agricoles à EDF.

Cette disparition des agriculteurs se répète, sous une autre forme, chez les ouvriers. En 1968 et 1975, Fessenheim se distingue par une très forte part de l’emploi ouvrier, bien au-delà des communes de la bande rhénane. Cette singularité s’explique en grande partie par le chantier de la centrale. Toutefois, dès 1982, premier recensement réalisé après l’entrée en fonction des réacteurs, la part des ouvriers chute drastiquement à Fessenheim et restera par la suite toujours bien en dessous des municipalités riveraines.

Face à la double baisse des ouvriers et des agriculteurs, Fessenheim se singularise par une forte part de cadres et de professions intellectuelles supérieures. On distingue une nette augmentation à partir de 1982. Par la suite, la part des cadres dans la population active est restée plus haute à Fessenheim que dans les communes voisines. Plus encore, alors que certaines d’entre elles voyaient cette proportion diminuer au début des années 2000, elle a augmenté à Fessenheim.

Conclusion : une commune de Fessenheim transformée par le nucléaire

L’analyse de ces données amène à quelques brèves conclusions. Comme cela avait été souligné précédemment, l’influence de la centrale nucléaire de Fessenheim est bien spatialement circonscrite. Seule la commune hôte où les travailleurs du nucléaire pèse dans la population totale a subi des transformations suite à l’irruption de la centrale. Toutefois, cette influence ne doit pas être sous-estimée. Le profil sociologique de Fessenheim a été durablement modifié et se singularise de celui des communes riveraines. L’arrivée d’une population plus formée, peu mobile et évoluant dans la hiérarchie de l’entreprise a mené à une augmentation nette de la part des cadres et des diplômés du supérieur. Loin de n’être que comptable, cette modification a été intériorisée par les habitants de la commune qui relient l’arrivée du nucléaire à la montée en qualification de leur village, participant à former une identité locale singulière.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.