Les dynamiques territoriales de la centrale de Fessenheim (1) : Analyses démographiques

Les 29 et 30 juin derniers se déroulait à Strasbourg le premier workshop du projet d’« Observatoire du Socio-Écosystème du site Fessenheim » porté par une vingtaine de laboratoires du Rhin Supérieur. L’objectif de ce projet interdisciplinaire, renommé depuis « Juxta Rhenum », est de comprendre comment l’implantation de la centrale nucléaire de Fessenheim a transformé l’écosystème local tant d’un point de vue socio-économique qu’environnemental. Juxta Rhenum s’apparente aux Observatoires Homme-Milieux (OHM) développés par le CNRS dont le but est d’étudier les modifications des équilibres socioécologiques par l’irruption d’un évènement majeur d’origine anthropique, en fédérant des chercheurs de toutes les sciences de l’environnement (sciences de la géosphère, de la biosphère, de l’Homme et de la société). Dans le cas de Fessenheim, l’évènement anthropique est double. Il s’agit de caractériser les impacts de l’arrivée de la centrale nucléaire dans les années 1970, mais également de réfléchir aux évolutions entraînées par une potentielle fermeture de l’infrastructure afin d’anticiper les conséquences des différents scénarii de transition énergétique dans la région du Rhin Supérieur.

L’analyse de la géopolitique locale et de la géographie du nucléaire constitue le cœur de mon travail de chercheur. Dans une des parties de ma thèse, soutenue le 18 mai 2017, j’ai cherché à comprendre pourquoi dans les trois pays que j’étudiais, l’Allemagne, la France et la Suède, la perspective d’une fermeture des centrales nucléaires n’avaient pas entraîné des mobilisations semblables dans les territoires directement concernés par ces décisions politiques. Une explication se trouve dans les matérialités différentes prises par l’énergie atomique dans chacun de trois pays : les centrales n’ont pas modifié identiquement les dynamiques socio-économiques de leur territoire d’implantation.

Mon travail de thèse m’a ainsi mené à explorer, partiellement, certaines des questions que posent le projet Juxta Rhenum sur la géographie du nucléaire et plus particulièrement sur la centrale de Fessenheim qui a constitué un de mes terrains d’étude. Cet article est le premier d’une série qui abordera, plus en détail, thématique par thématique, le poids de l’implantation de la centrale de Fessenheim sur son écosystème. En guise d’introduction, ce billet propose de questionner l’influence démographique de l’arrivée de la centrale.

1- Le nucléaire, une « agression démographique » ?

Une centrale nucléaire est avant tout un très grand équipement qui nécessite une large main-d’œuvre. Au plus fort du chantier, les travaux de la centrale du Blayais en Gironde ont ainsi demandé la présence de près de 4 000 travailleurs. Souvent peu qualifiés, ces ouvriers n’étaient pas amenés à se sédentariser et étaient logés dans des foyers ou dans des caravanes installées dans les jardins des résidents. En dehors des périodes de maintenance, l’exploitation des centrales nécessite entre 800 agents pour un site ne comptant qu’un seul réacteur (agents EDF et travailleurs extérieurs inclus) et 1800 employés pour la centrale de Gravelines qui en compte six.

Les conséquences démographiques de l’implantation d’une centrale en France ont fait l’objet d’un article par Louis Chabert en 1987 centré sur la vallée du Rhône. Dans cette étude, l’arrivée du nucléaire est présentée comme une « agression démographique ». Comme l’ethnologue Françoise Lafaye l’a documenté, le parc électronucléaire français a été majoritairement implanté dans des petites communes rurales souffrant de déprise démographique depuis plusieurs décennies. Les centrales venaient inverser, brutalement, cette tendance. Retrouve-t-on une telle dynamique à Fessenheim ?

2- Fessenheim, un contexte régional singulier

La construction de la centrale de Fessenheim entre 1970 et 1977 s’inscrit dans un contexte régional particulier. Le site choisi jouxte le Grand Canal d’Alsace ouvert en 1959 après l’aménagement par EDF de quatre centrales hydroélectriques à Kembs (1932), Ottmarsheim (1952), Vogelgrun (1959) et Fessenheim (1956). Les travaux des deux derniers barrages ont nécessité 4 000 ouvriers venant d’Espagne, d’Europe centrale et d’autres régions françaises. Une partie d’entre eux était acheminée chaque jour depuis les agglomérations de Colmar, de Mulhouse et de Saint-Louis, tandis que les autres étaient logés sur place dans deux cités temporaires implantées à Fessenheim et dans un second village, Rumersheim, situé à huit kilomètres, dont il ne reste plus aucune trace aujourd’hui.

Cité temporaire construite à Ottmarsheim pour héberger les ouvriers des chantiers du grand Canal d’Alsace.C rédit: Mutuelle du personnel d’EDF

 

Ces évènements posent plusieurs questions méthodologiques pour l’étude de l’influence de l’arrivée du nucléaire dans la région. Premièrement, les baraquements étant temporaires, on peut supposer qu’une majorité des ouvriers ayant travaillé à l’aménagement du canal ont quitté les communes concernées à la fin du chantier. Les statistiques démographiques semblent confirmer cette hypothèse, mais un travail de recherche plus poussé – archives et témoignages- permettrait de l’étayer. Deuxièmement, l’ouverture d’une usine EDF à Fessenheim a entraîné la construction d’un petit lotissement (voir carte ci-après) dans le village destiné à loger ses employés. La cité Koechlin de Fessenheim compte ainsi une quinzaine d’immeubles de quatre appartements chacun. Troisièmement, l’ouverture du canal d’Alsace a entraîné l’implantation de grandes usines dans la bande rhénane. Si ni Fessenheim, ni ses villages immédiatement voisins n’ont été directement concernés, l’industrie chimique s’est installée dans plusieurs communes en amont (Chalampé et Ottmarsheim), attirant avec elle une nouvelle population.

3- Analyse statistique des évolutions démographiques

La situation de Fessenheim avant la construction de la centrale est proche de celle des futurs autres sites nucléaires français. Le taux de croissance démographique annuel entre les recensements de 1962 et 1968 est lourdement négatif (-5%) à Fessenheim et proche de zéro dans les villages alentour (voir carte ci-dessous). Cette diminution peut partiellement s’expliquer par la fin des chantiers du canal d’Alsace. Au contraire, les communes de Chalampé et d’Ottmarsheim situées à neuf kilomètres au sud profitent de la construction de nouvelles usines au bord du canal avec une croissance respective de 9% et 3%.

L’irruption du nucléaire a très largement renversé cette tendance à Fessenheim. On compte aujourd’hui environ 690 agents permanents dans la centrale pour environ 1930 personnes vivant au sein d’un noyau familial où un membre travaille dans la centrale. Le taux de croissance démographique annuel moyen calculé entre le début de la construction de la centrale et sa mise en service est de plus de 10%, soit un des plus hauts taux du département. Entre les recensements de 1968 et 1982, Fessenheim passe de 896 à 2002 habitants. Toutefois, cette dynamique ne se retrouve pas dans les villages voisins qui, s’ils gagnent en population, ne connaissent pas de tels taux de croissance (voir ci-dessous).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À première vue, il ne semble donc pas y avoir de corrélation directe entre l’éloignement à la centrale nucléaire et la croissance démographique. Pour confirmer cette hypothèse, on propose de faire un graphique de corrélation entre l’éloignement des communes du Haut-Rhin avec la centrale et leur croissance démographique pour chacun des recensements jusqu’à aujourd’hui. On a choisi de circonscrire cette étude aux communes situées à moins de trente kilomètres de Fessenheim. Cette distance correspond au périmètre d’astreinte de sécurité du Plan d’urgence interne auquel est soumis une partie des travailleurs de la centrale. Aucune des régressions linéaires inhérentes ne montre de coefficient de corrélation (r) ou de coefficient de détermination (R²) signifiant. Entre 1968 et 1982, R² = 0,1% et r = -0,3. Entre 1982 et 1990, R² = 0,5% et r = -0,07. Entre 1990 et 1999, R²= 1% et r =-0,1. L’impact démographique de la centrale nucléaire de Fessenheim, si elle existe, n’est donc pas linéaire et ne touche pas tous les villages.

4- Spatialiser l’influence démographique de l’implantation de Fessenheim

L’influence démographique de l’arrivée du nucléaire dans le Rhin Supérieur est dictée avant tout par la politique résidentielle d’Électricité de France. Comme elle l’avait fait pour ses précédents grands chantiers, l’entreprise a pris en charge le logement des agents des centrales nucléaires. Elle a privilégié la construction de pavillons individuels en cité-jardin en dehors des bourgs centraux préexistants, appliquant un modèle de développement urbanistique identique, formant ce que Louis Chabert appela les « colonies du nucléaires ». Cette séparation géographique de facto, sans prise en compte des réalités territoriales, a fait naître des tensions entre la population et les agents EDF. Craignant de voir ces contestations glisser vers une opposition contre son activité, l’entreprise a repensé l’intégration de ses employés en favorisant leur accès à la propriété dans le parc existant par l’octroi de prêts avantageux et en limitant la taille des lotissements EDF afin de diluer sa présence. Qu’en est-il à Fessenheim ?

Le parc immobilier d’EDF accueillant des agents de la centrale est réparti entre 22 communes du Haut-Rhin et compte approximativement 270 logements. 166 d’entre-deux ont été construits en 1977, à l’occasion du lancement de la centrale, dans des lotissements. Le parc a été étendu dans les années 1980 par la construction d’HLM (environ 90) et par la location de logements auprès de propriétaires individuels (environ 50). Toutefois, aujourd’hui seuls 39% des agents de la centrale vivent dans le parc locatif d’EDF, les autres étant devenus propriétaire ou locataire dans le marché privé.

Comme la carte suivante le montre, le parc locatif d’EDF se concentre dans très peu de communes. Les lotissements n’ont été implantés qu’à deux endroits, Fessenheim et Ensisheim¸ où la plus grande partie des agents bénéficiaires du parc locatif d’EDF résident. Les HLM sont principalement situées à Riedisheim dans la banlieue mulhousienne. Les lieux de résidence des employés vivant en dehors du parc sont bien plus diffus.

L’empreinte démographique actuelle de la centrale est donc singulière. Comme la carte suivante le présente, les agents EDF et leurs familles se concentrent dans quelques communes. La plupart sont installés là où se déploie le parc locatif de l’entreprise (Fessenheim regroupe 25% des employés, Ensisheim 11% et Riedisheim 7%), puis dans les villages les plus proches (Balgau 3%, Blodelsheim, 3%), puis dans les communes des grandes agglomérations du département (Colmar 4%, Mulhouse, 2,5%, Illzach 2%). Le reste est dilué dans les communes du périmètre d’astreinte. Cette concentration/dilution limite mécaniquement l’influence démographique de la centrale de Fessenheim à quelques communes. Ceci est renforcé par le profil des communes concernées.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’impact démographique de la centrale dans la commune de Fessenheim est incontestable. Les employés de la centrale et leurs familles représentent près de 23% des habitants de la commune. Ce n’est toutefois pas le cas pour les deux autres principales municipalités de résidence des agents, Ensisheim et Riedisheim, de tailles beaucoup plus grandes (Ensisheim compte 7100 habitants et Riedisheim 12 200) où ils ne composent respectivement que 3% et 1% de la population. Seul le village de Balgau, situé au nord de la centrale, compte un nombre significatif de familles d’agents EDF dans sa population (6%).

 

 

 

 

5- Conséquence de l’implantation de la centrale sur les morphologies urbaines

La construction des lotissements EDF n’a pas eu les mêmes conséquences sur les morphologies urbaines de Fessenheim et d’Ensisheim. Comme la carte ci-après le montre, avant l’arrivée de la centrale, la majeure partie du tissu bâti de Fessenheim avait été construit avant 1833 le long du principal axe de communication. La cité Koechlin construite en 1986 à l’est du village, juste à côté de l’usine hydroélectrique est composée de petits immeubles à deux étages installés dans un parc boisé loin du centre de la commune. Les lotissements érigés pour les agents de la centrale ont été implantés, eux aussi, en discontinuité du bâti historique, à l’ouest du village, sur un plan identique constitué de maisons accolées. Leur surface est quasiment identique à celle du vieux centre. L’espace entre le bourg central et ces quartiers EDF a été rempli par la suite.

Le cas d’Ensisheim est bien différent. Fondée au VIIIe siècle, ancienne capitale de l’Autriche antérieure, la ville dispose d’un vieux centre confiné dans un espace anciennement fortifié. Située dans le bassin potassique, Ensisheim a été largement marquée par le développement de cités ouvrières au sud-ouest. Par rapport à Fessenheim, le lotissement des agents EDF, situé au sud-est et composé lui aussi de maisons accolées, prend bien moins de place dans la morphologie de la commune.

 

6- Le nucléaire et la composition des populations

Fessenheim semble ainsi être la seule commune où l’arrivée de la centrale a profondément marqué les dynamiques démographiques. Si l’impact de l’irruption du nucléaire sur la composition sociologique des populations sera traité ultérieurement, on propose ici, pour finir ce billet, d’analyser l’influence de la centrale sur l’âge des populations et leur sexe dans la commune. En effet, de précédentes études ont montré deux dynamiques importantes de la filière. Premièrement, l’industrie nucléaire est très fortement masculinisée. Deuxièmement, alors que les employés sont majoritairement recrutés en CDI, l’ancienneté des agents de la centrale est importante. Si la pyramide des âges des agents de la centrale de Fessenheim vient soutenir ces constatations (voir ci-cintre) que peut-on dire de de la composition globale des habitants de Fessenheim ?

 

La pyramide des âges de 1968 donne une image de Fessenheim entre l’ouverture du barrage hydroélectrique et le début du chantier de la centrale. Sa silhouette se rapproche de celle du département avec une base très large dénotant une forte natalité et un resserrement progressif marqué par des creux (baisse sur les classes d’âges Hommes morts pendant les guerres – 40/54 ans – ou chez les jeunes quittant le village – 15/29 ans-) et des pics masculins (30-34 ans et 55-59 ans) marquant potentiellement l’implantation d’ouvriers des travaux du canal ou bien la prépondérance des classes nées juste avant les deux guerres et trop jeunes pour combattre.

 

La pyramide des âges de 1975 donne une tout autre perspective. Alors qu’au niveau départemental les classes d’âge moyennes prennent de l’importance et que la fécondité baisse, à Fessenheim, on dénote un très fort pic masculin chez les 20-44 ans, probablement du fait de la construction de la centrale. L’importante part des très jeunes enfants est une conséquence potentielle de cette dynamique. Le creux chez les 15-19 vient confirmer l’influence du chantier sur la population, trop jeune pour y travailler et trop vieux pour être des enfants des ouvriers.

 

La pyramide de 1982 est la première montrant l’état après la construction de la centrale et donc avec ses agents sédentarisés. On retrouve des pics importants autour de la trentaine marquant l’arrivée des employés de la centrale. On retrouve une très faible sureprésentation des hommes sur ces classes. On distingue également une natalité toujours plus importante que la moyenne du département.

En 1990, en dehors de l’anomalie des garçons de 5 à 9 ans, on suit le vieillissement des classes d’âge employées au sein de la centrale ainsi qu’une même importance des 30-34 ans. Globalement, la silhouette de la pyramide de Fessenheim se rapproche de celle du département.

En 1999, la natalité se tasse largement, symbole d’un rapprochement avec la tendance départementale, mais également du vieillissement des employés de la centrale que l’on distingue bien par la représentation des classes d’âge 40-49 ans.

Conclusion :

Si l’influence démographique de la centrale est réelle, elle reste circonscrite à un nombre extrêmement réduit de communes. Seules Fessenheim (plus marginalement les communes immédiatement voisines), Ensisheim et Riedisheim ont vu leur population directement impactée par l’irruption du nucléaire. En dehors de ces communes, les agents de la centrale se sont dilués dans de nombreuses municipalités. Par rapport à sa population initiale, seule Fessenheim a subi d’importantes transformations démographiques suite à l’arrivée de la centrale. Sa population a plus que doublé alors qu’elle était auparavant en déclin, sa morphologie urbaine a été profondément transformée, et la structure de sa population à pendant longtemps été marquée par une forte natalité et par une surreprésentation des classes d’âge comprises entre 30 et 45 ans.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.