Les sociaux-démocrates suédois : un nouveau leader pour une nouvelle orientation nucléaire ?

Après moins d’un mois d’incertitude, le parti social-démocrate suédois des travailleurs (PSD) vient de retrouver un président élu par son comité exécutif. La tête du parti était restée vacante depuis la démission d’Håkan Juholt le 21 janvier 2012 à la suite d’une affaire de fraude fiscale impliquant son patrimoine immobilier, divulguée par le tabloïd Aftonbladet en octobre 2011.

Le nouveau président, Stefan Löfven a ,dès son arrivé,  semé le trouble au sein de son propre parti et de ses alliés de gauche en affirmant dans une interview donnée à la radio public SR, être « prêt à négocier avec le gouvernement sur l’énergie nucléaire »[1]. Depuis 2009 la politique énergétique suédoise est dirigée par un pacte signé entre les  quatre partis du gouvernement (modérés, libéraux, centristes et chrétiens-démocrates) et reposant sur 3 piliers : l’amélioration des économies d’énergie, le développement des énergies renouvelables et l’utilisation de l’énergie nucléaire. Cette nouvelle politique énergétique remettant le nucléaire au cœur du développement suédois est contestée par les partis d’oppositions et particulièrement par les Verts et le Parti de Gauche, opposants historiques à l’énergie nucléaire. Alors que le PSD apparait comme internement divisé sur la question de l’utilisation de l’atome, le programme du parti adopté par le 34ème congrès stipule clairement que « l’énergie nucléaire doit être abandonné » portant à faux la déclaration du nouveau président.

 

 

Stefan Löfven

 

Stefan Löfven était connu pour ses positions ouvertement favorables au nucléaire avant son élection à la tête du parti. Il a en effet longtemps défendu cette énergie dans le cadre de son ancienne fonction de président du puissant syndicat IF Metall, regroupant environ 370.000 adhérents. En effet IF Metall représente entre autre les travailleurs des industries minières et sidérurgiques, deux secteurs traditionnels et historiques de l’économie suédoise dont le développement s’est construit sur l’accès à une énergie à très bas coût, fournie initialement par l’hydroélectricité.

Néanmoins la marge de manœuvre de Stefan Löfven semble radicalement étroite. En effet, il lui sera particulièrement compliqué de changer la ligne directrice du parti concernant  le nucléaire, cette action nécessitant de réunir un Congrès afin de faire voter ces changements.  De plus la division interne du PSD penche encore aujourd’hui largement en faveur des antinucléaires, portés entre autre par la Fédération des femmes sociales-démocrates, un des acteurs historiques de la lutte contre l’énergie atomique.

Enfin le système d’alliance avec les Verts et le Parti de Gauche dans lequel c’est inscrit le PSD, l’alliance rouge-verte, semble aussi limiter la déclaration du nouveau président. En effet, il parait bien délicat aujourd’hui pour les socio-démocrates d’envisager une victoire aux futurs élections de 2014 sans l’appui des 20% d’intentions de vote que représente aujourd’hui ses partenaires de gauche dans les sondages alors que celui-ci a perdu 10% d’intentions depuis les dernières élections de 2010[2]. Les sociaux-démocrates auront à régler rapidement cette question afin de ne pas la voir ressurgir lors des tractations politiques précédant la campagne des élections de 2014…



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *