Comprendre la Suède en cartes [16]: Pourquoi et comment remilitariser Gotland ?

Plus grande île de la mer Baltique, parfois surnommée le « porte-avion insubmersible », Gotland était une des pièces maîtresses de l’architecture de défense de la Suède pendant la guerre froide, allant jusqu’à accueillir 20 000 soldats pour 60 000 habitants. Tablant sur les dividendes de la paix, le gouvernement suédois a progressivement décru la présence militaire sur l’île, jusqu’à la suppression définitive du régiment de Gotland en 2005, tout en maintenant certaines infrastructures pour des utilisations ponctuelles. La tranquillité de l’île, et de sa capitale Visby devenue un des lieux de villégiature balnéaire et culturelle les plus prisés du pays, est bouleversée depuis 2014. Face à la crise de Crimée et à l’augmentation des tensions dans l’espace baltique, un débat s’est engagé sur la viabilité de la défense nationale. Outre la question du retour de la conscription supprimée 2010 ou de l’adhésion à l’OTAN, le débat s’est porté sur la nécessité d’une remilitarisation de Gotland. Engagé en 2016, le retour d’une présence militaire suédoise sur l’île génère autant des fantasmes que des moqueries. Souhaitant réhabiliter la défense côtière de Gotland, l’armée suédoise a, par exemple, dû sortir des camions-lanceurs de missiles remisés au musée. Cet article propose ainsi trois cartes pour comprendre (et nuancer) la remilitarisation, pour l’instant limitée en nombre et en fonction, de l’île de Gotland.

carte-gotland-strategiquegotland-schema-strategiqueremilitarisation-gotlandla-remilitarisation-de-gotland

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *