La croix et l’atome : le rôle de l’Église évangélique dans l’antinucléarisme allemand

Dans un récent article, le journal La Croix soulignait le rôle moteur des églises allemandes dans la transition énergétique. Si, comme le quotidien l’indique, elles participent aujourd’hui à l’effort de réduction des consommations d’énergie, les églises outre-Rhin, et avant tout l’Église évangélique, sont des acteurs historiques du mouvement antinucléaire. À nouveau, il semble difficile de discuter de cette dynamique entièrement en Allemagne tant les réalités de cet engagement ont été différentes entre l’ancienne RDA et la RFA. En Allemagne de l’Est, l’Église protestante, qui représentait un des derniers aspects de la vie sociale échappant partiellement au contrôle de l’État, a offert un espace de contestation (Jones, 1993 ; Depraz, 2007 ). Entre autres choses, celle-ci s’est exprimée sous la forme de l’antinucléarisme et plus globalement de l’environnementalisme. C’est ainsi dans la cave du temple de Sion de Berlin, sous la protection du pasteur Simon, que fut créée la première bibliothèque environnementale, Umweltbibliotek, futur haut-lieu de l’engagement démocratique en RDA. Certains sociologues et historiens (Vogel, 2001), ont interprété l’environnementalisme outre-Rhin comme une « version séculaire du protestantisme ». Ces derniers expliquent l’importance des mouvements environnementalistes en Allemagne par l’influence du protestantisme, faisant ainsi fi des différences confessionnelles existant à l’intérieur même de la fédération, la Bavière catholique en étant le symbole. Si des explications théologiques existent, les raisons de l’engagement l’Église protestante dans le conflit sur l’énergie atomique résident principalement dans des enjeux organisationnels et structurels propres à l’Allemagne.

  1. Une Église stratège

La participation de l’Église évangélique d’Allemagne dans le conflit relève initialement d’un double défi posé par sa base (Schüring, 2015). Premièrement, confrontées à l’implantation des centrales nucléaires ainsi qu’aux oppositions qu’elles soulevèrent sur leurs territoires, les populations locales concernées se tournèrent vers les pasteurs en recherche de réponses à cette nouvelle problématique sociale. Comme Schüring le montre (Schüring, 2012), ces derniers se sentirent abandonnés par leurs supérieurs devant cette demande de prise de position. Deuxièmement, certains pasteurs prirent directement position dans le conflit. Le cas de Brokdorf dans le Land de Schleswig-Holstein est le plus emblématique. Alors que la contestation au projet de centrale nucléaire débutée en 1976 prit la forme d’une guerre civile entre opposants et policiers (Glaser, 2012), quarante pasteurs appelèrent à l’occupation du site de construction. Simultanément, plusieurs d’entre eux tinrent des cultes en extérieurs sur ses sites. Ces cultes qui n’avaient pas l’obligation d’être déclarés auprès des autorités, à l’inverse des manifestations, servirent de lieu de rassemblement aux opposants. Face à l’intensification des questionnements et effrayé par le risque de divisions internes, l’Evangelische Kirche in Deutschland (EKD), l’organisation faîtière de l’Église évangélique d’Allemagne qui regroupe 20 Églises régionales luthériennes, réformées et unies, resta dans une position neutre, autorisant les pasteurs à manifester tant que ceux-ci le faisaient en habits civils. Cette neutralité ne put toutefois pas être maintenue longtemps. Alors que la contestation s’était intensifiée en interne après la catastrophe de Tchernobyl, l’EKD prit position pour une sortie du nucléaire lors de son septième synode en novembre 1987.

Depuis lors, la participation de l’Église évangélique dans le mouvement antinucléaire prend plusieurs formes. Sur le plan du militantisme, l’EKD ainsi que les Églises régionales (Landeskirchen) participent à des campagnes communes avec d’autres organisations non religieuses, comme dans le cadre de la Klima-Alliance. Simultanément, les Landeskirchen organisent leur propre campagne de sensibilisation à l’instar du Klimaschutzkonzept mis en place par la Landeskirche du Pays de Bade. De plus, la plainte déposée par la Landeskirche d’Hanovre contre le site d’enfouissement de Gorleben vient perpétuer la stratégie d’utilisation des recours légaux contre les infrastructures nucléaires. Plus pragmatiquement, l’EKD et les Églises régionales participent aux actions antinucléaires ciblées sur le marché de l’électricité, et ceux de trois manières. Premièrement, certaines paroisses participent au mouvement de remunicipalisation des services énergétiques visant à retirer le contrôle de la distribution d’électricité aux grands groupes. Ce fut par exemple le cas pour l’initiative hambourgeoise Unser Netz Unser Hamburg, dont l’une des organisations fondatrices est le Kirchenkreis Hamburg-Ost.  De plus, les Landeskirchen encouragent leurs paroisses à changer de fournisseur d’énergie en privilégiant des entreprises locales ainsi que des contrats certifiés renouvelables. Enfin, l’Église évangélique est entrée directement dans le marché de l’électricité en devenant fournisseur d’énergie. En 2008, les Landeskirchen du Pays de Bade et du Wurtemberg se sont associées avec les diocèses de Rottenburg-Stuttgart et de Fribourg en Brisgau pour fonder la « Gesellschaft zur Energieversorgung der kirchlichen und sozialen Einrichtungen » (KSE). L’objectif de cette entreprise était de fournir en électricité les bâtiments gérés par ces organisations en lieu et place des contrats préexistants avec l’énergéticien EnBW. L’entreprise, qui ne produit pas elle-même son électricité, se targue d’offrir une énergie totalement dénucléarisée en achetant du courant aux producteurs d’hydroélectricité autrichiens et norvégiens.

  1. Aux racines de l’engagement antinucléaire de l’église évangélique d’Allemagne

L’irruption de la question nucléaire a également soulevé de longs débats dans les Églises protestantes en dehors d’Allemagne. Dans son étude des prêches des pasteurs allemands, Schüring (2015) identifie ce qu’il appelle l’émergence d’une critique théologique du nucléaire reposant sur quatre points. Premièrement, la technologie nucléaire créerait la potentialité d’une apocalypse séculaire. Deuxièmement, le nucléaire dépasserait la temporalité humaine pour atteindre celle de l’éternité. Troisièmement, un accident nucléaire serait un obstacle à la réversibilité des actions humaines. Enfin, l’atome serait un « false god of greed » faisant miroiter l’abondance dont la renonciation devrait nous inviter à nous éloigner. Toutefois, comme Schüring le concède, il est fort probable que ces fondements théologiques soient aussi présents dans d’autres pays que l’Allemagne. L’exceptionnalité de l’engagement protestant outre-Rhin tient, à notre sens, dans l’influence de caractéristiques propres à l’Allemagne, relevant de son histoire contemporaine, de sa géographie et de la structure de son Église évangélique.

La première influence est à chercher dans le poids mémoriel de la Seconde Guerre mondiale. L’antinucléarisme allemand s’est rapidement concentré autour de la notion d’Atomstaat développé par le philosophe Robert Jungk en 1977. D’après lui, la potentialité d’une catastrophe nucléaire mènerait à la constitution d’un État centralisé et policier, seul capable de défendre ces infrastructures. Alors que la culpabilité de la collaboration avec le régime national-socialiste était toujours forte au sein de l’Église évangélique, cette dernière considéra l’opposition au nucléaire, nouveau parangon de l’autoritarisme, comme un devoir moral. Avant que la question atomique se pose, l’EKD fut confronté à un premier conflit interne sur le réarmement de l’Allemagne de l’Ouest. En plus d’avoir servi de répétition au grand débat sur le nucléaire, celui-ci a fait émerger une position commune sur l’arme atomique au sein de l’Église protestante. La potentielle possession de cette dernière par la RFA fut perçue comme un obstacle à une toute réunification avec la partie orientale. D’après Manale (1987), « depuis la fin de la guerre, les protestants allemands ont toujours lié le problème de la paix à celui de la question nationale ». Les applications militaire et civile de l’atome étant inséparables, dans la rhétorique de l’EKD, le développement d’un parc électronucléaire formerait un obstacle au pacifisme nécessaire à l’unité de l’Allemagne.

Comme on l’a introduit dans la première partie, une des raisons de l’engagement de l’EKD est territoriale. Comme on peut le voir sur la carte ci-dessous, c’est sur les territoires où le protestantisme est le plus implanté qu’on eut lieu les principaux conflits locaux de l’antinucléarisme de la fin des années 1970, à savoir Gorleben et Brokdorf. Territorialement confronté à ce conflit et défié par sa base, l’EKD n’a eu d’autres choix que de prendre part au débat.

Eglise et nucléaire

Finalement, une dernière explication de l’engagement de l’église tient dans sa structure ainsi que dans son rapport avec le politique et l’État allemand. Dès le début des années 1970, le débat environnementaliste a mené l’EKD à se saisir de cet enjeu et à créer la charge d’Umweltbeauftragte, des pasteurs portant la charge de médiateur et chargés d’effectuer des recherches sur ces problématiques. Ce premier débat a forcé l’église à réfléchir sur son rôle en tant qu’entité politique. Actuellement, son influence politique tient en plusieurs points. Premièrement, elle est reconnue par l’État comme un groupe représentatif de la société (gesellschaftlich relevante Gruppen), un corps social intermédiaire, à l’instar des syndicats, des organisations professionnelles ou encore des associations de parents d’élèves, et participe à ce titre à diverses institutions de régulations de la vie publique et aux commissions parlementaires. Deuxièmement, il existe de fortes interpénétrations entre l’Église et le monde politique. À titre d’exemple, l’actuelle coprésidente du groupe écologiste au Bundestag, Katrin Göring-Eckardt, a présidé l’EKD entre 2009 et 2013. Enfin, le rôle politique de l’Église relève de sa position « d’acteur majeur dans le champ social et économique outre-Rhin (Bourgeois, 2011). En effet, en application du principe de subsidiarité, l’État allemand privilégie des institutions privées pour garantir certains services si celles-ci sont en capacité de l’offrir. Avec près de 450 000 salariés, l’Église protestante, au travers de la Diakonie, est un des principaux employeurs privés d’Allemagne et un des plus importants prestataires de services (santés, éducations, services sociaux) du pays, détenant d’ailleurs une position de monopole dans certains territoires ruraux. Cette expérience managériale, couplée à la puissance financière de l’Église, explique la capacité de l’EKD à pénétrer le marché de l’électricité en tant qu’entreprise. Ces actions militantes sont d’ailleurs d’autant plus aisément réalisables pour l’EKD que les églises allemandes, catholiques et protestantes, possèdent une douzaine de banques spécialisées dans le financement d’activités à but non lucratif (Nientiedt, 2008).

 

L’engagement de l’Église protestante d’Allemagne reflète l’opposition antinucléaire existante dans le reste de la société et est le produit de l’histoire contemporaine nationale ainsi que des spécificités structurelles du rapport entre églises, État et politique. Il n’existe en aucun cas une religiosité protestante typiquement germanique qui animerait l’antinucléarisme. La présence des instances religieuses dans les mouvements d’opposition à l’énergie atomique symbolise parfaitement ce qui, à notre sens, explique le succès de l’antinucléarisme en Allemagne, à savoir sa capacité à mobiliser dans l’ensemble de la société civile.

Les relations entre les églises et les mouvements antinucléaires constituent un champ d’études à peine défriché, dans le cadre du protestantisme, grâce aux travaux de Schüring. De futures recherches, en particulier sur les communautés chrétiennes, permettraient d’acquérir une nouvelle compréhension de l’antinucléarisme comme fait social majeur de l’histoire contemporaine allemande.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *