2014, Supervalåret en Suède. Épisode 2: De soudeur à potentiel futur premier ministre de la Suède : qui est Stefan Löfven ?

En tête des enquêtes d’opinion mais incapable d’obtenir une majorité seul, le parti social-démocrate devrait être amené à former après le 14 septembre, sauf ultime renversement, un gouvernement de coalition avec a minima le parti écologiste (Miljöpartiet-de Gröna), et potentiellement le parti de gauche (Vänsterpartiet). Sauf surprise, c’est au secrétaire-général des Socialdemokratena, Stefan Löfven, que reviendra la charge de Statsminister, après huit années loin du pouvoir pour son parti, un record dans l’histoire politique suédoise contemporaine. Il est donc grand temps de s’interroger sur celui qui pourrait prendre la tête de la Suède pour les quatre prochaines années, au moins.

Stefan Löfven au siège d'IF Metall

Stefan Löfven au siège d’IF Metall

Pour certains observateurs, ces élections pourraient se jouer sur une opposition entre les personnalités des deux chefs de blocs, Stefan Löfven et Fredrik Reinfeldt. Le parcours de ces deux hommes est diamétralement opposé. F. Reinfeldt, actuel premier ministre, est diplômé de l’Université de Stockholm dont il détient un master en économie des administrations. Après être entré au conseil municipal de la commune de Täby en 1988, il fut élu député au Riksdag en 1991, un mandat qu’il a tenu jusqu’à son élection à la tête du gouvernement d’alliance de centre-droit en 2006. L’histoire de Stefan Löfven est, elle, celle d’une success-story rêvée du parti social-démocrate suédois.

1)     Stefan Löfven, une ascension de l’escalier social-démocrate

 

La vie de Stefan Löfven a fait dernièrement l’objet d’une biographie, « Humlan som flyger: Berättelsen om Stefan Löfven »  aux éditions Norstedts coécrit par les journalistes Lena Hennel et Lova Olsson, que nous recommandons chaudement aux lecteurs suédophones.

 

Né durant l’été 1957 à Stockholm, Stefan Löfven a été placé en orphelinat à l’âge de 10 mois. Sa mère, fille d’un père partisan nazi, n’avait pas les moyens de subvenir à ses besoins ainsi qu’à ceux de son frère jumeau. Adopté par une famille d’ouvriers sylvicoles, il passa son enfance dans la vallée d’Ådalen à Sollefteå dans le Västernorrland, ville de naissance d’une autre future présidente du parti Social-Démocrate, Mona Sahlin.  Les enseignants qui l’ont côtoyé lors de ses années au lycée de Sollefteå le décrivent comme un enfant alors relativement timide ne se démarquant pas par sa réussite scolaire. Après le lycée, il suivit une formation de soudeur dans la commune voisine de Kramfors, une voie que lui-même avoue avoir choisi plus par dépit que par réelle conviction. Cette formation lui permettra, après avoir successivement travaillé pour la poste suédoise et pour une scierie de Dömsjö, d’être embauché en 1979 par le constructeur de véhicule blindé suédois Hägglunds dans son usine d’Örnsköldsvik. Y travaillant jusqu’en 1995, c’est ici qu’a démarré sa carrière en politique.

C’est une anecdote assez banale qui lança l’engagement syndical de Stefan Löfven. Dans son usine, la salle de repos des ouvriers était dépourvue de tables et de chaises, les obligeant à manger sur leurs boîtes à outils, alors que celle des cadres était normalement équipée. Il se fit alors le porte-parole de ses collègues pour demander un traitement égal entre les salariés. De ses propres mots, c’est un film sorti en 1969, Ådalen ’31 de Bo Widerberg, qui aurait déclenché chez Stefan Löfven, l’envie de l’engagement politique. Ce film relate l’histoire de la grève en 1931 des ouvriers d’Ådalen, là où il grandit, et de sa répression sanglante par l’armée suédoise. En 1981 il devint délégué du personnel dans son usine, un mandat qui lança sa graduelle ascension dans la sphère syndicale suédoise. Un an après, il prit la tête de la division de l’Union suédoise des travailleurs de la Métallurgie (Svenska Metallindustriarbetareförbundet- SMI) chez Högglunds, avant d’être élu en 1988 président de la section communale du syndicat. Après sa nomination au conseil de direction en 1989 puis au poste de vice-président en 2002, il occupa différentes fonctions dans les instances trans-syndicales nationales (à la Confédération des syndicats suédois- LO) et internationales (à l’Union nordique des travailleurs de la métallurgie, puis à la Fédération européenne des métallurgistes). En 2006, à la faveur de la fusion entre SMI et le Syndicat suédois de l’industrie, Stefan Löfven fut élu à la tête de la nouvelle formation, IF Metall. Avec 325.000 membres, il est la deuxième plus grande composante de LO. En un quart de siècle, le petit orphelin de Stockholm est passé d’ouvrier soudeur à président d’un des plus importants syndicats suédois, fonction qu’il tiendra pendant 6 ans. Dès 1995, Stefan Löfven a quitté les ateliers d’Hägglunds pour devenir ombundsman pour SMI, sorte de négociateur professionnel, au niveau local puis à l’international.

Outre son parcours professionnel, c’est son expérience politique, ou plutôt son absence de réelle expérience, qui le différencie de l’actuel premier ministre suédois. Si Frederik Reinfeldt fut député pendant 15 ans avant de prendre la tête du gouvernement, Stefan Löfven n’a lui jamais eu de mandat politique important. Membre dès 1973 de la Ligue des jeunes sociaux-démocrates suédois (SSU), il n’eut que des responsabilités locales. C’est son élection à la tête d’IF Metall qui entraîna son entrée au sein du comité directeur des Socialdemokraterna. Finalement, sa nomination en 2012 à la tête du parti, après le scandale politico-économique qui avait forcé la démission de l’ancien leader Håkan Juholt, est la victoire d’un outsider, mais sûrement pas celle d’un inconnu. S’il ne fait pas de doute que l’image d’Épinal du responsable social-démocrate qui colle à la peau de Stefan Löfven a participé à son élection, c’est aussi son caractère de négociateur moderne qui lui a permis d’être choisi. Métallurgiste du nord, le profil de Löfven a été ciblé pour reconquérir l’électorat ouvrier qui en 2010 a préféré voter pour l’extrême-droite (Sverigedemokraterna) que pour la social-démocratie.

 

2)     Quelques enjeux et questions en suspens soulevés par le profil de S. Löfven

 

Atout médiatique, le profil de Stefan Löfven pourrait aussi soulever quelques difficultés tant à l’intérieur du parti qu’avec ses alliés de gauche en cas de victoire le 14 septembre. En voici une rapide explication.

L'Alliansen n'hésite pas à souligner les contradictions existantes entre les positions prises par Stefan Löven à la tête d'IF Metall et celles en tant que chef des Socialdemokraterna(Crédit: http://rodgronrora.nu/)

L’Alliansen n’hésite pas à souligner les contradictions existantes entre les positions prises par Stefan Löven à la tête d’IF Metall et celles en tant que chef des Socialdemokraterna(Crédit: http://rodgronrora.nu/)

Stefan Löfven cite souvent sa rencontre et sa discussion en 1985 avec Olof Palme, alors premier ministre en déplacement à l’usine d’Hägglunds, comme un autre élément déclencheur de son engagement politique. Il aime raconter cette anecdote aux journalistes venant l’interviewer dans son bureau où trônent plusieurs photos de l’ancien leader social-démocrate. Durant toute la campagne, il n’aura eu de cesse d’essayer de forger une continuité historique entre Olof Palme et lui. S’il y a des raisons évidentes, Palme étant devenu une figure tutélaire forte de la social-démocratie suédoise après son assassinat en 1986, il faut aussi comprendre ceci comme une volonté de marquer son éloignement de Göran Persson, ancien premier ministre (1996-2006). On le sait, les relations politiques et personnelles entre les deux hommes au sein du parti ont été particulièrement tendues. Mais ces frictions sont aussi le résultat des divisions internes. Le parcours atypique de Löfven, éloigné du profil sociologique actuel de l’électorat social-démocrate suédois (urbain, éduqué et aisé), ne sera pas d’une grande aide pour les résorber. Entre autres, il a longuement exprimé, durant ses années syndicales, son soutien à l’énergie atomique, point en désaccord avec la position officielle du parti et potentiel élément de conflictualité avec ses partenaires de gauche.

Son absence d’expérience politique soulève aussi plusieurs interrogations. Premièrement, plusieurs enquêtes d’opinion ont montré que le public le jugeait moins compétent que F. Reinfeldt sur les questions internationales. Pour remédier à ce déficit d’image il a effectué depuis deux ans de nombreux voyages en Europe, et particulièrement en Grande-Bretagne où il s’est rapproché du travailliste Ed Miliband. Secondement, les observateurs se demandent si son inexpérience au Riksdag ne pourrait pas rendre difficile ses relations avec les députés du parti ainsi qu’affaiblir sa capacité à tenir et orchestrer la solidarité du groupe parlementaire.

Stefan Löfven est sorti des six années de présidence d’IF Metall avec l’image d’un leader moderne et négociateur. Si cette représentation a participé à son élection à la tête du parti, elle pourrait bien électrifier les relations avec ses deux partenaires de gauche. En 2009, il a conduit des négociations qui menèrent à la baisse des salaires des ouvriers de la métallurgie, un accord que certains de ces collègues et que le Parti de Gauche lui reprochent encore aujourd’hui. Ces derniers critiquent aussi les relations personnelles fortes qu’il a forgées avec certains industriels lors de sa présidence. On le sait par exemple proche de la famille Wallenberg, illustre dynastie suédoise, influente depuis le 18ème siècle, dont les investissements se retrouvent dans les principales entreprises suédoises (Saab, Stora Enso, ABB, SEB, Eletrolux, etc.)

Enfin, son parcours professionnel au sein d’Hägglunds lui a donné l’image d’un soutien inconditionnel à l’industrie de défense suédoise. On sait par exemple qu’il a aidé, grâce à ses contacts dans les syndicats sud-américains, à convaincre le Brésil de favoriser l’achat de chasseur suédois Gripen au détriment entre autres des Rafales français. Auparavant, il aurait aussi participé au rapprochement entre l’Union national des métallurgistes sud-africain et l’industriel SAAB, permettant la vente d’avion à l’Afrique du Sud. En pleine période de débat sur la restructuration de l’armée suédoise et alors que le Miljöpartiet fait campagne contre les exportations d’armement, cette image de lobbyiste pourrait être néfaste aux relations et aux négociations avec ses alliés de gauche.

 

 

Clairement, vue de France, le parcours de Stefan Löfven dénote de celui de nos responsables politiques. Si les élections de 2014 en Suède doivent se jouer sur une opposition de personnalités, c’est aussi parce que le parti social-démocrate a choisi comme leader un profil qui renvoie aux racines et à la mythologie du parti. Si cette stratégie peut être effective pour remporter les élections, reste à voir si elle le sera pour gouverner le pays dans une coalition dont les contours sont encore flous.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *