Une approche genrée des enjeux territoriaux du nucléaire : le cas de la commune d’Östhammar en Suède.

Avec ses maisons de bois peintes en rouge ou en jaune, ses jardins bien entretenus et ses exploitations sylvicoles, la municipalité d’Östhammar ressemble en de nombreux points à l’image de la commune suédoise typique. Ses 21 322 habitants pour une densité de 14,5 hab/km² la classent  dans la moyenne des 290 communes qui constituent le pays. Située au bord du Golfe de Botnie dans le Comté d’Uppsala, à une centaine de kilomètres au nord de Stockholm, Östhammar pourrait être, à première vue, une municipalité tout ce qu’il y a de plus banal. Deux caractéristiques viennent pourtant la singulariser. Premièrement, avec 5% de sa population descendant de migrants finlandais arrivés pendant les années 1950, Östhammar est une des vingt-deux communes suédoises à jouir d’un statut autorisant l’usage du finnois dans les démarches administratives. Secondement, Östhammar abrite depuis 1980 une des trois centrales nucléaires actuellement en fonction en Suède. Implantée sur le site de Forsmark, elle est opérée par un consortium majoritairement contrôlé par Vattenfall, entreprise appartenant à l’État Suédois. En sus, Svensk Kärnbränslehantering, l’entreprise suédoise en charge de la gestion des déchets nucléaires, a choisi Östhammar en 2009 pour abriter le futur centre de stockage pour les combustibles usés alors que la commune abrite déjà le site dédié aux déchets de faible ou moyenne activité. Les recherches de Françoise Lafaye (1994) sur la France et de Lena Andersson-Skog (2007) sur la Suède ont montré que les centrales ont transformé leur territoire d’accueil bien plus par leurs caractéristiques sociotechniques que par leur aspect « nucléaire » (comprendre comme technologie à risque). Dans les deux pays, l’arrivée massive d’une nouvelle main-d’œuvre dans des communautés rurales, d’abord pour la construction puis pour l’opération des centrales, a modifié tant leurs démographies que leurs sociologies. Alors que la population augmentait, elle se transformait aussi qualitativement, devenant plus urbaine et plus riche. Aujourd’hui encore, les caractéristiques sociotechniques des centrales nucléaires influencent la gestion quotidienne de la commune ainsi que la planification de son développement. Dans cet article centré sur la commune d’Östhammar, nous proposons d’aborder ces enjeux territoriaux sous un nouvel angle, celui du genre. Partant d’un constat – les centrales demeurent des lieux de travail majoritairement masculin – cette étude permettra de souligner à nouveau la complexité des relations entre territoire et nucléaire.

 

Le port du bourg-centre d’Östhammar, image d’Épinal du village suédois (Crédit: Östhammars Kommun)

1)      Östhammar, les défis d’une petite municipalité dans l’ombre d’un puissant voisin

Constituée par les fusions successives de communes lors des réformes territoriales de 1952 à 1974, la municipalité d’Östhammar regroupe 9 tätorter (villages de plus de 200 habitants) et 16 småorter (villages de 50 à 199 habitants)[1]. Outre le bourg-centre d’Östhammar, qui abrite 4534 habitants, quatre tätorter regroupent entre 1500 et 2500 habitants (Gimo, Österbybruck, Öregrund et Alunda) tandis que les quatre derniers dépassent de peu les 200 habitants (Dannemora, Hargshamn, Skoby et Norrskedika). La centrale nucléaire, ainsi que les sites d’entreposage des déchets, se concentrent près du småort de Forsmark (59 hab.), ancien village minier établi à la fin du 16ème siècle par des migrants wallons (voir carte plus loin). Sur les 1069 employés du site, sans compter les sous-traitants pour lesquels les données statistiques restent difficiles à compiler, environ 650 vivent dans la municipalité d’Östhammar, majoritairement dans les bourgs d’Öregrund et d’Östhammar.

Entrée en fonction au début des années 1980, la centrale nucléaire de Forsmark est aujourd’hui dans une période de transition. Alors que le salariat dans le domaine du nucléaire est relativement immobile (Andersson-Skog, 2007), une partie importante des employés de la centrale, y travaillant depuis sa construction, arrivent aujourd’hui à la retraite. L’exploitant s’est ainsi lancé dans une intense opération de renouvellement du personnel. En moyenne, 100 nouvelles embauches doivent être faites par an dans les dix prochaines années. Pour la municipalité d’Östhammar, il s’agit alors de faire en sorte que ces nouveaux employés, migrant bien souvent des villes universitaires où sont enseignées les sciences, la mécanique et l’ingénierie nucléaires, s’installent dans la commune au lieu de faire le déplacement pendulaire quotidien. En effet, en Suède, les recettes budgétaires des municipalités sont constituées à près de 70% par le produit d’un impôt perçu sur les revenus des habitants. Celui-ci fluctue selon un taux décidé par les conseils municipaux (21,6 % à Östhammar). Les 30% restants sont financés par des transferts fiscaux de l’État, principalement au titre de la péréquation intercommunale. De ce fait, très intuitivement, augmenter le nombre d’actifs habitant dans une commune permet d’augmenter ses recettes budgétaires. Si les retraités de la centrale nucléaire tendent à demeurer dans la commune, leurs revenus diminuent. Afin de stabiliser voire d’améliorer les capacités économiques de la municipalité, dont dépendent les nombreux services culturels, éducatifs ou sociaux lui incombant, l’enjeu est alors d’inciter ces nouveaux travailleurs à s’y installer. La tâche est d’autant plus compliquée qu’Östhammar se trouve concurrencé par la municipalité voisine d’Uppsala. Quatrième ville de Suède (188.000 habitants), chef lieu du comté, siège d’une des plus prestigieuses et anciennes universités du pays,  Uppsala jouit d’un fort pouvoir d’attractivité. Ville manufacturière jusque dans les années 1960, elle est aujourd’hui un des principaux centres suédois pour l’industrie pharmaceutique et le secteur des technologies de l’information et de la communication. De plus, depuis les efforts de décentralisation des années 1970-1980, Uppsala abrite plusieurs importantes administrations nationales tels que l’Agence Pharmaceutique (Läkemedelsverket), L’Agence de sécurité alimentaire (Livsmedelsverket), le Service Géologique de Suède (Sveriges geologiska undersökning) ou encore l’Agence Vétérinaire de Suède (Statens veterinärmedicinska anstalt). Avec un des plus forts taux de croissance démographique du pays (3% par an pour une moyenne nationale de 0,81%), la municipalité d’Uppsala connaît une suburbanisation galopante. Face à ce puissant voisin, Östhammar réfléchit donc aux stratégies de développement nécessaires afin d’améliorer son attractivité pour inciter les nouveaux employés de la centrale de Forsmark à s’y installer.

L’ancien village de mineurs de Forsmark appartient aujourd’hui entièrement à l’électricien suédois Vattenfall (Crédit: Victor Bloomfield)

2)      La municipalité face au déséquilibre genré du nucléaire

Comme il a été dit auparavant, les centrales nucléaires sont des lieux de travail au profil sociologique caractéristique. L’analyse des effectifs montre une surreprésentation des employés de catégories supérieures et une sous-représentation des ouvriers (Chabert, 1977). Mais ce singularisme se retrouve aussi dans les questions de genre. Pour reprendre les mots de Jacob Spangenberg, maire d’Östhammar, le nucléaire est « a male-made technology, made for male » (une technologie faite par et pour les mâles). Les chiffres de la centrale nucléaire de Forsmark sont sans équivoque. Sur les 1069 personnes employées directement par l’opérateur de la centrale, on recense 819 hommes pour 250 femmes. Cette proportion, environ 20%, est restée stable les cinq dernières années. Si les rouages de cette surreprésentation restent encore à être analysés en détail, l’anthropologue F. Zonabend a montré dans son étude de la presqu’île du Cotentin les liaisons existantes entre le nucléaire et les valeurs socialement attribuées à la masculinité, tels que le courage ou la virilité (1989). Dernièrement, le film « Grand Central », sorti en 2013, en a donné une intéressante représentation.  Si des efforts ont été réalisés par les industriels afin d’augmenter l’insertion des femmes dans la filière, et en particulier dès les formations universitaires et techniques, les perspectives ne semblent pas montrer de fléchissements notoires pour cette tendance. Ainsi, sauf grands imprévus, les recrutements à venir de la centrale de Forsmark devraient concerner majoritairement des hommes.

Parfaitement conscients de cette dynamique, les responsables politiques d’Östhammar l’ont identifiée comme l’enjeu principal pour inciter les futurs salariés et leurs potentielles familles à s’établir dans la municipalité. Leur installation dépendrait des facilités d’accès à l’emploi pour les compagnes des nouvelles recrues, au sein de la municipalité ou dans celles voisines. Avec un taux de chômage légèrement au-dessus de 2%, Östhammar est proche du plein emploi. Toutefois, le marché du travail de la commune pâti d’un problème structurel : il est lui aussi fortement masculinisé. On dénombre environ 2800 entreprises inscrites auprès de l’administration dont un peu plus de 2050 sont en réalité des auto-entrepreneurs. Si le premier employeur est la municipalité avec approximativement 6000 fonctionnaires locaux (une proportion habituelle en Suède), le marché s’organise autour de l’usine  de fabrication de pièces métalliques de Sandvik Coromant à Gimo (1800 employés) et autour de la centrale de Forsmark. En plus de leur propre salariat s’ajoute celui des nombreuses entreprises locales sous-traitantes. Cette situation à moyen terme ne devrait pas connaître de retournement, bien au contraire. Renouant avec son glorieux passé, la mine de fer de Dannemora, fermée en 1992, a été ré-ouverte en juin 2012. Exploitée depuis la fin du 13ème siècle, reconnue en Europe du 16ème au 19ème siècle pour la qualité de son minerai, sa remise en exploitation a été célébrée en grande pompe lors d’une cérémonie d’inauguration en la présence de Sa Majesté le roi Carl XVI Gustaf. Avec des ressources estimées à 35 millions de tonnes lui assurant une exploitation pour 15 années, la mine emploie pour le moment 250 personnes. Ainsi, outre le nucléaire, le marché du travail s’organise autour des industries lourdes et minières ainsi que, plus marginalement, de la sylviculture, des secteurs eux aussi fortement masculinisés. Les opportunités d’emplois au sein de la commune pour les compagnes des nouveaux agents de la centrale apparaissent donc réduites et la municipalité n’a, en réalité, aucun levier pour modifier cela.

Le roi Carl XVI Gustaf lors de l’ouverture de la mine de Dannemora (Crédit: Maria Gunnarsson)

3)      Des stratégies genrées d’aménagement du territoire

Lucides face à leur incapacité à influencer le marché du travail, les responsables politiques d’Östhammar comptent mettre en place des stratégies d’aménagement pour faciliter l’accès au bassin d’emploi voisin, et particulièrement celui d’Uppsala. La tradition d’auto-administration locale en Suède confère aux municipalités un monopole d’aménagement du territoire inscrit dans la constitution. Celui-ci prend deux formes. Tout d’abord, les conseils municipaux disposent d’un droit de véto leur permettant d’empêcher toute construction sur leur territoire à laquelle ils ne consentiraient pas explicitement. Aucune administration, ni même le gouvernement, ne peut annuler cette décision, exception faite des projets concernant le stockage des déchets nucléaires. Enfin, toute municipalité est tenue par la loi de produire, approximativement une fois tous les cinq ans, un plan compréhensif d’aménagement (Översiktsplan). Celui-ci, rédigé après un long processus de consultation des habitants, des partis politiques et des associations, doit présenter les futurs projets de développement envisagés par la commune, pour l’ensemble de son territoire. Östhammar est actuellement en plein processus de re-rédaction de ce plan qui devrait être publié au premier ou second trimestre 2015.  Celui-ci devrait entériner plusieurs initiatives d’aménagement directement planifiées dans l’objectif d’inciter l’installation des recrues de la centrale  dans la commune.

Population Östhammar

Les projets d’investissement devraient être orientés principalement vers le bourg d’Alunda situé dans le sud du territoire communal. Ce tätort est le plus proche de l’agglomération d’Uppsala. Par la route, et dans des conditions normales de circulation, le trajet Alunda-Uppsala centre se fait en 35 minutes en voiture ou 40 minutes par le bus. Le même trajet depuis Östhammar prend respectivement 1h05 ou 1h15. La nature exacte des investissements à Alunda reste encore floue. Lors d’un entretien, Jacob Spangenberg a évoqué la construction de nouveaux logements ainsi que la création de services dédiés aux jeunes familles, et en premier lieu des accueils pour la petite enfance. Cette démarche se veut aussi être une réponse au problème du vieillissement de la population locale, une dynamique directement liée à l’immobilité du salariat dans le nucléaire. Si on recensait 350 naissances par an il y a 20-25 ans, aujourd’hui on en compte tout juste 100. De plus, alors que les retraités du nucléaire tendent à rester dans leur habitation malgré le départ de leurs enfants, la municipalité connaît une pénurie de logement. Afin d’attirer les nouveaux salariés, il convient donc de lancer un programme de construction et d’offrir des services dédiés à la famille permettant aux deux parents de travailler.

Si la volonté de développer Alunda est le fruit d’une analyse genrée des besoins en aménagement –  offrir un accès aisé au bassin d’emploi d’Uppsala pour les femmes – un tel développement appelle d’autres investissements, eux aussi genrés.  Une installation à Alunda signifierait un éloignement conséquent de la centrale nucléaire de Forsmark. Dans l’état actuel, le trajet le plus court pour la rejoindre consiste à prendre la V288 pour rejoindre la R76. Si la seconde est une voie rapide plafonnée à 110 km/h, la première n’est qu’une route secondaire où l’on peut difficilement atteindre la limite autorisée de 70 km/h. Un projet promu par la municipalité est donc de transformer la V288 en une voie rapide permettant de relier plus rapidement Alunda et Forsmark. Elle permettrait aussi d’atteindre le bourg-centre d’Östhammar, où se concentrent les services administratifs municipaux, plus aisément. Toutefois, si cette route permet de relier plus rapidement la centrale avec Alunda, c’est aussi le cas pour Uppsala. L’investissement pourrait avoir l’effet inverse à celui escompté.

La sociologie des agents des centrales nucléaires a amené les responsables politiques d’Östhammar à intégrer les problématiques de genre dans leur stratégie de développement,témoignant ainsi d’une réelle intelligence géographique. Cet enjeu vient à nouveau illustrer la singularité des centrales nucléaires. Ces infrastructures, devenues ordinaires dans le paysage français, sous-tendent des dynamiques territoriales dont la recherche n’a, pour le moment, qu’effleuré la complexité.

 

Pour aller plus loin :

ANDERSSON-SKOG Lena (2007). Växtkraft av kärnkraft? : kärnkraftetableringens socioekonomiska effekter i Oskarshamn och Östhammar 1960-2000. Stockholm : Svensk kärnbränslehantering AB, 57p.

CHABERT Louis (1987) « Les transformations des communes nucléaires de la vallée du Rhône ». In: Revue de géographie de Lyon. Vol. 62 n°2-3, pp. 161-191.

LAFAYE Françoise (1994). Une centrale pas très… nucléaire. Revendications territoriales et processus identitaires lors de l’implantation du site nucléaire du Blayais à Braud-et-Saint Louis. Thèse d’ethnologie, Université Paris X-Nanterre

ZONABEND Françoise (1989). La presqu’île au nucléaire, Paris : Odile Jacob, 188p.

 

 


[1] Un village étant ici compris comme une zone bâtie contigüe où les maisons sont séparées par moins de 200 mètres.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *