Comprendre la Suède en cartes [22]: Le sous-sol suédois, objet de convoitise

Du cuivre couvrant les toits du château de Versailles au fer des premiers canons de l’industriel Manufrance, les ressources minières suédoises se retrouvent dans nombre de productions en France. Fort d’une histoire de près d’un millénaire, l’industrie minière suédoise a été un des moteurs de la puissance économique et militaire du royaume au 17e siècle. L’ouverture de mines a principalement concerné la Suède centrale ainsi que les régions nordiques où la ville de Kiruna et ses 18 000 habitants se préparent à être déplacés de trois kilomètres pour permettre l’exploitation du gisement de fer en production depuis 1899. Si l’on comptait plus de 500 mines en Suède au début des années 1920, elles sont moins de vingt aujourd’hui. Cependant, fort de sa culture minière, de son système politique stable et d’une main-d’œuvre qualifiée, le sous-sol du pays attire à nouveau les convoitises. Entre terres rares, minéraux stratégiques et hydrocarbures, la Suède connaît un indéniable renouveau minier porté tant par des entreprises suédoises qu’étrangères. Cet article propose de s’attarder en cartes et en graphiques sur ce Gruvboom (boom minier) suédois.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *