Comprendre la Suède en cartes [8]: La Suède, discret maillon de l’industrie nucléaire mondiale

Les flux de combustibles nucléaires sont complexes à décrypter. De la mine à la centrale, l’uranium passe par de multiples processus, changeant en fonction du type de réacteur. Le minerai est successivement concentré en Yellow cake, transformé en tétrafluorure d’uranium, converti en hexafluorure d’uranium, enrichi puis assemblé en combustible. Chacune de ces étapes est réalisée dans une usine spécifique, les matières circulant perpétuellement. L’industrie nucléaire suédoise née dans les années 1970 et anciennement exportatrice de réacteurs n’a pas survécu aux trente années de moratoire sur la construction de centrale. L’usine d’assemblage de combustibles nucléaires de Westinghouse à Västerås en est l’ultime témoignage. D’une taille relativement réduite par rapport aux grandes usines françaises, russes et américaines, elle insère toutefois la Suède dans les flux mondiaux de combustibles nucléaires, en faisant une étape centrale de l’approvisionnement de multiples pays.


exportation-combustible


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *