Quelle lecture géopolitique pour les résultats du référendum suédois sur le nucléaire de 1980 ?

Des affiches de campagne en faveur de la Ligne 3 dans le métro de Stockholm (1980 © Folkkampanjen mot Kärnkraft)

Du consensus au point de tension politique.

 

Si les premières années du programme nucléaire suédois se déroulent sous les auspices d’un consensus politique relatif, celui-ci ne tardera pas à montrer ses premières failles. En effet, dès 1972 l’opposition au développement de l’énergie atomique prit une forme parlementaire par le biais de la députée centriste Birgitta Hambraeus. C’est alors la question du traitement des déchets nucléaires engendrés dans les centrales qui focalisa le débat. Cette émergence du conflit sur la scène parlementaire s’inscrivit dans la montée en puissance du parti centriste Centerpartiet et dans  l’arrivée à sa tête de Thorbjörn Fälldin porté par un programme profondément opposé à l’énergie nucléaire. Cette évolution politique se traduisit aussi par une opposition croissante à l’énergie atomique dans l’opinion publique durant les années soixante-dix en Suède, l’opinion défavorable à son utilisation passant de 22% en 1973 à 41% en 1976[1].

En réponse à la crise énergétique et au choc pétrolier du milieu des années soixante-dix, la problématique de l’indépendance énergétique du royaume reprit une place prédominante dans le débat politique. Résultant directement de ce questionnement, le Riksdag décida en 1975 l’application d’un plan énergétique pour la Suède, planifiant entre autres la construction de deux nouveaux réacteurs nucléaires. C’est cette décision qui devint en 1976, une des thématiques principales de la campagne des élections législatives à venir. Evènement marquant de la vie politique suédoise, ces élections résultèrent en la première perte du pouvoir par les sociaux-démocrates depuis les années trente, les votes donnant une majorité à la coalition dite bourgeoise formée du Centerpartiet, des Moderaterna (Les modérés) et du Folkpartiet (les libéraux) portant au poste de premier ministre Thorbjörn Fälldin. Cette défaite historique des sociaux-démocrates sera par la suite analysée comme résultant de l’inadéquation entre les positions pronucléaires des Socialdemokraterna  et le sentiment grandissant d’opposition à l’énergie atomique présente dans l’opinion publique[2].

Fraichement arrivé au pouvoir, Fälldin s’opposa à la finalisation du parc électronucléaire et proposa l’arrêt des cinq réacteurs alors en construction ainsi que la tenue d’un référendum populaire sur l’énergie atomique. Néanmoins, les tensions internes au Centerpartiet et surtout les tensions internes à la coalition bourgeoise augmentant, modérés et libéraux étant pro-nucléaires, le plan centriste ne put se réaliser. L’échec de Fälldin sur la thématique du nucléaire poussa à la démission de son gouvernement en 1978, accentuant ainsi l’extrême importance de la thématique nucléaire dans la vie politique du royaume.

 

Thorbjörn Fälldin en 1981 (©Dagensps)

Les nouvelles élections organisées dans la foulée de cette résignation portèrent à nouveau Thorbjörn Fälldin au poste de premier ministre, malgré un net recul des centristes n’arrivant qu’en seconde position dans la coalition bourgeoise avec 18% des votes[3]. L’installation du nouveau gouvernement se déroula dans un contexte international nucléaire bouillonnant entraîné par l’accident nucléaire majeur de Three Miles Island en 1979. Résultat direct de cet évènement, l’opinion défavorable concernant l’utilisation de cette énergie en Suède atteint 55% des questionnés en 1979[4].

C’est dans ces conditions d’emballement du débat nucléaire que le gouvernement Fälldin décida, en accord cette fois-ci avec la majorité des partis présents au Riksdag, d’un référendum sur la question de l’arrêt du nucléaire. Ce choix, fortement influencé par l’expérience du référendum similaire organisé en Autriche en 1977 qui entraîna l’abandon de l’énergie atomique, résulte en réalité d’un conflit structurel à la coalition bourgeoise au pouvoir. En effet, les tensions internes à la coalition entre opposants et soutiens à l’énergie atomique prirent d’autant plus d’ampleur que la légitimité du premier ministre centriste était remise en cause de par la position non dominante de son parti dans l’alliance. Afin d’éviter une nouvelle démission du gouvernement, la coalition décida de désamorcer ces tensions en soumettant au peuple suédois la question d’une sortie du nucléaire.

 

Un référendum politiquement clivé.

Après trois jours de concertation concernant les modalités du référendum, le Riksdag  décida de soumettre au vote populaire trois propositions :

–          La ligne 1 proposée par les Moderaterna soutenant la réalisation complète  du parc électronucléaire suédois.

–          La ligne 2 soutenue par le Folkparti conjointement avec les sociaux-démocrates proposait elle aussi l’entière construction du parc en demandant néanmoins une sortie du nucléaire à venir sous différentes conditions (mesures en faveur des économies d’énergie,  développement de nouvelles formes d’énergie ainsi que préservation de l’industrie nationale et de l’économie locale).

–          La ligne 3 portée par le Centerparti de Thorbjörn Fälldin soutenant l’arrêt immédiat du nucléaire ainsi que la déprogrammation des constructions envisagées.

Alors que la campagne semble dans un premier temps être favorable à la ligne 3 celle-ci se trouve in fine battue par la ligne 2 :

 

  

 

 

Une bataille de leadership aux racines de la défaite de la Ligne 3

 

Comme le tableau ci-dessus le présente, ce ne fut que dans les derniers jours de la campagne que la troisième ligne fut dépassée. Comment expliquer cette défaite soudaine ? Une réponse possible se trouve dans les rapports de force internes à la ligne 3 ayant opérés durant la campagne.

En effet, si la proposition antinucléaire (ligne 3) fut pensée par les centristes, elle fut aussi soutenue par des associations écologistes. Une en particulier fut fondée à l’occasion du référendum dans le but de fédérer les opposants à l’énergie nucléaire afin de soutenir et de mener la campagne : Folkkampanjen mot Kärnkraft soit en français la campagne populaire contre le nucléaire.  Alors qu’une partie des membres fondateurs de Folkkampanjen était issue du Centerparti et du Vänsterparti (Parti de Gauche), ce sont ces mêmes partis qui furent à l’origine de la défaite de la ligne 3. En effet, la bataille pour le leadership du mouvement antinucléaire lors du référendum a vu émerger une peur chez certains cadres politiques de voir se former un nouveau parti concurrent, émergeant de cette nouvelle dynamique associative. Cette situation conflictuelle s’est traduite par un désaccord entre les partis politiques et les associations concernant, entre autres, les choix de stratégie de campagne. Cette division interne a, de par une impossibilité de structurer correctement la campagne ainsi que l’image négative qu’elle transmit à l’opinion publique, indéniablement entrainée la ligne 3 vers la défaite.

 

Date charnière ? Moment fondateur ? Les multiples conséquences du référendum.

 

La première conséquence de ce référendum fut évidement la prise de conscience par la classe politique de la volonté populaire de sortie du nucléaire. En effet, même si la ligne 3 ne sortit pas en tête, il faut néanmoins noter que la ligne la plus pronucléaire ne rassembla que 18.6% des suffrages. Traduction direct de ce référendum, le Riksdag décida en 1980 de planifier une sortie totale du nucléaire à l’horizon 2010…sortie qui ne sera jamais effective.

L’année 1980 apparait donc comme un moment fondateur pour le mouvement antinucléaire suédois. En effet, outre la concrétisation partielle des visées antinucléaires, le référendum entraîna surtout la structuration d’un mouvement auparavant nébuleux.  Cette année 1980 marque ainsi l’arrivée d’une association unique portant alors le monopole de l’image antinucléaire, Folkkampanjen mot Kärnkraft, et ceci pour le meilleur comme pour le pire. Enfin, comme le craignaient les cadres des partis politiques de la ligne 3, la campagne de 1980 donna bien naissance à un nouveau parti politique structuré alors autour de la question nucléaire et faisant aujourd’hui partie du paysage politique national : le Miljöparti – De Gröna, les verts suédois.

Néanmoins ce référendum porta aussi les germes des futures difficultés des antinucléaires… une analyse qui fera l’objet d’un futur billet.


[1] Daniel Nohrstedt, Crisis and policy reformcraft : Advocacy coalitions and crisis-induced change in swedish nuclear energy policy. Sciences politiques. Uppsala Universitet. 2007. p.61

[2] Daniel Nohrstedt, op. cit., p.62

[3] Centre d’étude la vie politique de l’Université Libre de Bruxelles, Election de 1979 [en ligne] http://dev.ulb.ac.be/cevipol/fr/elections_suede_nationales_1979.html (consulté le 06/12/12)

[4] Daniel Nohrstedt, op. cit., p.114.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *