La construction du parc électronucléaire suédois (1946-1985) : un choix dirigé par des préoccupations géopolitiques internes et externes.

La centrale nucléaire d’Ågesta en 1966 , première centrale commerciale de Suède.© Tekniska Museet

 

 

C’est à la fin du dix-neuvième siècle que l’industrie de l’électricité prend son départ en Suède, par la construction d’un premier barrage hydroélectrique en 1885. C’est d’ailleurs dans le royaume, à Härnösand, que le premier éclairage électrique public des rues en Europe fut installé. Les importantes industries métallurgiques et forestières du pays, gourmandes en électricité, dynamisèrent le développement de l’hydroélectricité, entrainant la création de l’entreprise Kungliga Vattenfallstyrelsen, connue aujourd’hui sous le nom Vattenfall (première évocation de cet acteur prédominant…).

 

Limites politiques et contestation  de l’énergie hydroélectrique.

 

La construction de grands barrages dans le nord du pays, partie la moins peuplée du royaume, fut accompagnée par la construction d’un réseau de transport électrique pour acheminer la production dans le sud densément peuplé. Cette expansion hydroélectrique arriva à son apogée à la fin des années cinquante, la plupart des rivières montrant un potentiel d’exploitation à bas coût ayant été utilisées[1]. C’est à cette même période que débutent les balbutiements de l’industrie nucléaire suédoise.

Néanmoins il serait faux d’attribuer le choix nucléaire uniquement à une préoccupation d’augmentation de l’apport en électricité. Il s’avère en fait, que la politique énergétique suédoise des années cinquante et soixante ait été dirigée par des conflits d’aménagement du territoire.

S’il est vrai que la disponibilité des rivières baissait à cette période, toutes n’avaient pas été humanisées. La construction intensive de barrages s’accompagna d’une montée d’un sentiment hostile de la population contre ces infrastructures. Une volonté de préservation des dernières grandes rivières coulant librement vers la Baltique ainsi qu’une condamnation des effets négatifs de la mise en place de barrage émergea dans l’opinion publique. Le coût politique de chaque nouveau projet augmentant avec la mobilisation, l’expansion du parc hydroélectrique fut stoppé. De plus, la législation suédoise protégea, et protège toujours, plusieurs cours d’eau de toutes humanisations, telles que les rivières Kalix, Pite, Torne ou Vindel, toutes quatre prenant leur source dans les Alpes Scandinaves et courant sur plus de quatre-cent kilomètres. Privés de possibilité d’agrandir leurs parcs hydrauliques, les producteurs d’électricité suédois ont dû se tourner vers d’autres sources d’énergie.

 

Le choix nucléaire au cœur d’un conflit entre Etat et collectivités locales 

 

L’attention ne s’est pas portée vers le nucléaire mais vers la production thermique, créant les conditions propices au développement d’un conflit entre les municipalités et l’entreprise d’état Vattenfall. Les villes du sud du pays, éloignées des sites de production d’électricité du grand nord, virent dans le développement du thermique une opportunité d’amoindrir leur dépendance électrique. Les municipalités, à travers leurs entreprises locales de production énergétique, décidèrent d’utiliser les systèmes de production de chauffage central pour produire de l’électricité. La présence d’infrastructures préexistantes donnait ainsi un avantage financier à ces compagnies locales par rapport à Vattenfall qui se voyait dans l’obligation de financer de nouvelles infrastructures. Une telle situation mettait en danger la position dominante de l’entreprise d’État. Vattenfall menaça alors les municipalités utilisant leur système de cogénération d’augmenter le prix de vente d’électricité dans les périodes où celles-ci ne pourraient pas être électriquement autosuffisantes, coupant ainsi l’élan local. Afin d’assurer sa domination sur les municipalités, Vattenfall lança alors son programme nucléaire, vendu aux collectivités comme étant de loin l’option la plus économique. C’est dans ce contexte de double conflit d’aménagement du territoire que les premières constructions du parc électronucléaire suédois débutèrent.

 

Le nucléaire civil et la neutralité active suédoise en période de Guerre Froide

 

Le Royaume de Suède a longtemps tenté de trouver sa place entre Est et Ouest, acceptant les financements du plan Marshall mais refusant d’intégrer l’OTAN. Cette position de neutralité a de facto placée le pays en dehors d’un parapluie nucléaire, motivant le lancement d’un programme national de production d’armes nucléaires. Le besoin d’une puissante défense afin d’assurer la neutralité du royaume était alors une représentation commune au milieu militaire ainsi qu’aux hommes politiques. A l’instar de la France, le développement initial de l’énergie atomique en Suède est lié aux recherches de production d’un arsenal atomique. Ainsi, cinq des premiers membres de l’Atomkomittén (AC) en charge de planifier la réalisation du parc nucléaire étaient aussi membres du conseil directeur du Swedish National Defense Research Establishment (FOA). Le choix de la technologie utilisée dans les premiers réacteurs, ce que les historiens ont nommé la ligne suédoise, est le résultat de la pression des militaires dans le choix énergétique suédois. En effet, les réacteurs à eau lourde choisis par l’AC, fonctionnant grâce à de l’uranium pouvant être extrait en Suède (point qui sera étudier dans un futur billet), produisent comme déchets du plutonium nécessaire dans la production d’armes atomiques. Néanmoins, les velléités militaires nucléaires ont été stoppées durant les années cinquante et soixante par deux évènements : la signature du Traité de Non Prolifération par le royaume en 1968 et sa participation au programme Atoms for Peace. Ce dernier plongea encore plus le royaume dans le grand jeu entre les superpuissances de la Guerre Froide. Lancé par le président américain D. Eisenhower, le programme prévoyait d’aider les pays à développer une industrie nucléaire civile en échange d’un renoncement à la production d’arsenaux atomiques. La Suède profita alors du transfert de technologie américain, abandonnant au moins théoriquement l’arme atomique, pour développer son industrie nucléaire civile. Les Etats-Unis iront jusqu’à financer directement la construction d’un réacteur de recherche à hauteur de 350.000 dollars[2]. L’acceptation par la Suède de cette aide directe rapprocha de facto le royaume du camp de l’ouest. Son intégration dans un programme reconnu par les historiens comme ayant été une composante du conflit Est-Ouest l’inséra indéniablement dans un conflit que le pays tentait de fuir.

 

La production d’électricité par l’énergie atomique est donc en Suède, intrinsèquement liée dès ses débuts à des problématiques géopolitiques et plus particulièrement à des questions de conflit d’aménagement du territoire. C’est la rencontre entre ces conflits locaux et globaux qui explique en partie le choix énergétique du pays. Bien entendu, la question de l’indépendance énergétique, thématique cruciale comme on le verra plus loin, explique aussi grandement ce choix politique.


[1] Thomas Kaberger, History of nuclear power in Sweden. [en ligne] http://www.scielo.br/pdf/ea/v21n59/en_a17v2159.pdf, (consulté le 03/12/12)

[2] Maja Fjaestad, The rise of the nuclear system of innovation in Sweden, [en ligne] http://scripts.abe.kth.se/cesis/documents/WP117.pdf (consulté le 04/12/11)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *