Energy from Space / Energy for Space : relire la géographie des énergies de W. Brücher au regard des conflits sur l’électronucléaire

L’avènement de la question climatique comme nouvelle menace globale a initié un processus de « verdissement » (Evrard, 2013) ou d’« écologisation » (Topçu, 2013) du discours en faveur de l’énergie atomique. La filière nucléaire n’émettant que peu de CO² (même si une controverse technique existe encore pour comptabiliser ses volumes d’émission), principalement lors de l’extraction et du transport des combustibles, ses soutiens la présentent comme une solution aux changements climatiques. La publication en décembre 2014 dans la revue Conservation Biology d’un article intitulé «Key role for nuclear energy in global biodiversity conservation» par deux biologistes australiens, Barry Brook et Correy Bradshaw, ainsi que les nombreux articles sur internet qu’il a provoqué, témoignent de l’émergence d’une nouvelle dimension de ce verdissement. Le nucléaire serait nécessaire pour la préservation des territoires. Utilisant un argument spatial, il nous semble pertinent de faire appel à la géographie des énergies afin d’analyser ce nouveau discours et plus particulièrement aux travaux du géographe allemand Wolfgang Brücher.

1- Courte épistémologie de la géographie des énergies franco-allemande

Les premiers travaux traitant des dynamiques spatiales des énergies, produits non pas par des géographes, mais bien souvent par des économistes, se cantonnaient à une cartographie thématique des zones de production et de consommation (Mérenne-Schoumaker, 2007). Dans les années 1950 et 1960, les écrits de George (1950), Chardonnet (1962) et Manners (1964) témoignent de l’intérêt croissant des géographes pour les énergies qui se poursuivra jusqu’aux années 1970. Par la suite, même si la thématique fut abordée de manière connexe dans de nombreux travaux, la recherche en géographie des énergies se fit plus rare. Dans le paysage francophone, il faudra attendre 2007 pour voir publier le premier manuel de géographie des énergies écrit par Bernadette Mérenne–Schoumaker de l’Université de Liège.

En Allemagne, les premières recherches géographiques sur les énergies débutèrent dans les années 1950 par des analyses sur la production de charbon. Ce sont néanmoins les travaux de Wolfgang Brücher, géographe de l’Universität des Saarlandes, qui permirent un changement méthodologique de la géographie des énergies. Après avoir travaillé sur l’industrialisation en Colombie ainsi qu’au Limousin français, Wolfgang Brücher poursuivit sa réflexion sur la géographie industrielle jusqu’à publier un premier manuel en 1982 dans lequel il consacra une partie aux questions énergétiques. Parallèlement, ses terrains français et colombiens l’amenèrent à réfléchir aux relations entre espaces et pouvoir et tout particulièrement à la notion de centralisme. En 1992 il publia un ouvrage sur le centralisme en France dans lequel il accorda un sous-chapitre aux rapports entre centralisme, pouvoir et énergie. Appliquées à l’énergie nucléaire, ses recherches firent l’objet d’un article en 1994 dans le tome 34 de la Revue Géographique de l’Est (aujourd’hui librement accessible sur la plateforme Persée). La conception des enjeux énergétiques comme sous-partie de la géographie industrielle dominera en Allemagne jusqu’à la publication en 2009 par Brücher du premier manuel germanophone de géographie des énergies. Intitulé « Géographie de l’énergie : Interactions entre ressources, espace et politique » (Energiegeographie: Wechselwirkung zwischen Ressourcen, Raum und Politik), Brücher va proposer, pour la première fois, une analyse de géographie politique des systèmes énergétiques, malheureusement jamais traduite en français.

2- Energy from Space/ Energy for Space : analyse géohistorique des systèmes énergétiques

En réalisant une géohistoire des énergies, Wolfgang Brücher propose une division du temps en trois périodes (préindustrielle – industrielle – postindustrielle) caractérisées par des changements structurels du rapport entre l’espace et les systèmes énergétiques.

a. La période préindustrielle : energy from space

Avant la révolution industrielle, les systèmes énergétiques des sociétés n’auraient reposé que sur une seule forme d’énergie : l’ensoleillement. La biomasse, qui nourrit bêtes et hommes ou qui fournit le bois de chauffe, est le produit de la photosynthèse. Le vent, qu’il soit utilisé dans des moulins ou des voiles de bateau, est une conséquence des différences de température des masses d’air. La force hydraulique est, elle, le produit du cycle de l’eau dépendant des phénomènes d’évaporation. Toute forme d’énergie proviendrait alors du soleil et donc de l’espace (space).

La densité énergétique du soleil étant faible (particulièrement en Europe occidentale), l’expansion de ces systèmes énergétiques reposerait sur une unique variable : l’espace utilisé (space). Pour augmenter les volumes de biomasse, il faudrait pouvoir cultiver de nouveaux champs ou encore mettre en exploitation de nouvelles forêts. Pour produire plus d’énergie éolienne, il faudrait bâtir plus de moulins. Pour résumer, « si dans cette situation on voulait augmenter le débit d’énergie, il n’y avait pas d’autres moyens que d’acquérir plus d’espace »[1]. La production d’énergie dans le système préindustrielle provenait de l’espace, dans les deux sens du terme, situation que Brücher résume par le jeu de mots anglais l’energy from space. Dans ce système, pouvoir, énergie et espace seraient des synonymes. Qui contrôle l’espace contrôle les énergies qui lui donnent le pouvoir… qui lui permet de contrôler l’espace.

b. La période industrielle : energy for space

L’utilisation massive des hydrocarbures à partir de la révolution industrielle puis de l’uranium dans la seconde moitié du 20e siècle a modifié les rapports entre énergie et espace. Alors que le vent, le soleil et la biomasse sont disponibles, à quelques exceptions près, sur l’ensemble du globe, les ressources fossiles sont-elles bien plus rares et surtout concentrées en quelques endroits. Ces matières à forte densité énergétique sont transportées, depuis ces territoires circonscrits, vers l’ensemble de la planète. L’espace n’est plus le producteur. Au contraire, de petits espaces (mines, centrales, etc.) génèrent de l’énergie pour la consommation de grands espaces, c’est l’energy for space.

Un bémol, que Brücher concède lui-même, vient néanmoins limiter cette analyse, l’hydroélectricité. Les grands barrages, qu’ils soient au fil de l’eau ou des barrages-réservoirs, ont bien été un des moteurs de la révolution industrielle et de la reconstruction après la Seconde Guerre mondiale. Reposant sur le cycle de l’eau et consommant de l’espace, d’autant plus grand dans le cas des réservoirs, ils appartiendraient aux systèmes énergétiques préindustriels.

c. La période postindustrielle : retour à l’energy from space

Pour Brücher, la période postindustrielle, celle dans laquelle nous sommes ou vers laquelle nous tendons, serait caractérisée par l’avènement des énergies renouvelables. Malgré une évolution exponentielle de leur efficacité, ces systèmes énergétiques reposeraient sur les mêmes forces que la période préindustrielle (vent, biomasse, soleil) et utiliseraient identiquement l’espace (panneaux photovoltaïques, champs de cultures énergétiques, parcs éoliens, microhydroélectrique). La période postindustrielle serait un retour à l’energy from space. Toutefois, à la différence à la situation préindustrielle marquée par une importante décentralisation du système, les structures héritées de la période précédente (partis politiques et entreprises du secteur de l’énergie) tendent à appliquer le modèle centralisé aux énergies renouvelables, en témoignent les grands parcs éoliens offshores ou bien les fermes solaires (Evrard, 2013). Faisant état des nombreux conflits locaux que le développement des énergies renouvelables entraîne, Brücher (2008) considère la consommation de l’espace comme le Talon d’Achille de ce nouveau système.

Dans le système préindustriel, la quantité d’énergie disponible étant limitée par la superficie du territoire contrôlé, l’unique solution pour augmenter ses apports énergétiques serait d’agrandir son territoire, en ayant recours ou non à la force. La situation postindustrielle est la même. Évidemment, il apparait impossible que deux pays se déclarent la guerre pour disposer des terrains nécessaires à la construction de nouvelles éoliennes. Mais l’expansion des surfaces dédiées à la production d’énergie est inexorablement déjà source de conflit et, bien souvent, l’élément central de la critique des opposants aux énergies renouvelables.

3- Le développement d’un nouveau « verdissement» du nucléaire

Pour Brook et Bradshaw (2014), l’enjeu climatique n’est qu’une partie de la nécessaire évaluation environnementaliste des systèmes énergétiques. Pour eux, la diminution des émissions de gaz à effet de serre serait inutile si, simultanément, la production d’énergie participait à la destruction de territoires et ce faisant, de biodiversité.

Évaluer la consommation d’espace nécessaire pour produire la même quantité d’énergie avec des sources différentes est une tâche difficile. La méthodologie utilisée et l’accès aux données sur l’ensemble de la chaîne de production aboutissent à des résultats allant du simple au quadruple d’une étude à l’autre. Les résultats de McDonald et al. (2009) sont considérés comme les plus probants :

Consommation d’espace par source d’énergie (en km²/TWh/an) :

Nucléaire: 2

Géothermique: 7,5

Charbon: 9,5

Gaz naturel: 18.6

Solaire photovoltaïque: 36,9

Pétrole: 44,7

Hydro: 54

Éolien: 72,1

Biomasse: entre 285 et 543 en fonction de la source

La consommation d’espace dépend de l’emprise de la centrale productrice, de celle des zones d’extractions des matières utilisées, mais surtout de la densité énergétique de la source. C’est de cette dernière caractéristique que découle le bon score du nucléaire, et ce malgré la superficie des mines d’uranium. À titre d’exemple, la densité énergétique de l’uranium 235, qui compose 4 % des combustibles des centrales, est de 79 500 000 MJ/kg contre 24 MJ/kg pour la houille et de moins de 15 MJ/kg pour le lignite.

Les biologistes de la conservation considèrent que la principale menace pour la biodiversité terrestre est la destruction et la fragmentation des habitats. Il faudrait alors restreindre, ou tout du moins, minimiser au maximum l’utilisation des terres. C’est dans cet objectif que Brook et Bradshaw considèrent qu’il est dans la responsabilité des scientifiques de défendre les sources d’énergie les moins consommatrices d’espaces et donc de militer pour le développement du nucléaire :

« Given that protected areas alone will be insufficient to safeguard biodiversity (Laurance et al. 2012), the conflict for space between energy production and habitat will remain one of the key future conservation issues to resolve. From a biodiversity-centric standpoint, conservation professionals also need to consider carefully the energy sources they will support in terms of how many species they are willing to lose” (Brook et Bradshaw, 2014)

L’horizon fixé est de pouvoir développer les réacteurs dits de quatrième génération (cette dénomination porte à polémique). N’utilisant pas de minerai d’uranium, mais consommant les combustibles usés et déchets des centrales nucléaires de générations précédentes, ces derniers constituent la forme ultime d’énergie déterritorialisée. Produisant plus d’électricité que les réacteurs actuels, leur consommation d’espaces se limiterait à la surface de la centrale et à celle du stockage et de l’assemblage des combustibles.

 

En réalité, ce nouveau « verdissement » de l’atome, argument aujourd’hui monté en généralité, est une composante historique de certains débats nationaux sur l’électronucléaire, comme en Suède. Le mouvement, d’inspiration préservationniste, pour la protection des rivières du Norrland  a favorisé le développement de l’énergie nucléaire dans le pays (voir cet article). Aujourd’hui encore, plus d’un demi-siècle après le début de ce mouvement, l’interdiction de l’humanisation de ces rivières, justifiée tant par une préservation des espèces que par celle des grands paysages vierges de Laponie, demeure un invariable de la politique suédoise.

 

Pour aller plus loin:

BROOK Barry, BRADSHAW Correy (2014), «Key role for nuclear energy in global biodiversity conservation», In: Conservation Biology, Wiley Online Library, publié en ligne le 09 décembre 2014: http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/cobi.12433/full

BRÜCHER Wolfgang (1982), Industriegeographie, Westermann Verlag, Munich, 211p.

BRÜCHER Wolfgang (1992), Zentralismus und Raum Das Beispiel Frankreich, Studienbücher der Geographie, Berlin, 221p.

BRÜCHER Wolfgang (1994), « Énergie et centralisme en France ; l’exemple de l’électricité nucléaire » In: Revue Géographique de l’Est. Tome 34, N°1,pp. 45-60.

BRÜCHER Wolfgang (2009), Energiegeographie. Wechselwirkungen zwischen Ressourcen, Raum und Politik, Studienbücher der Geographie, Berlin, 280p.

EVRARD Aurelien (2014), Contre vents et marées. Politiques des énergies renouvelables en Europe, Presse de Science Po, Paris, p.264

Mc DONALD, FARGIONE, KIESECKER, MILLER, POWELL (2009) “Energy Sprawl or Energy Efficiency: Climate Policy Impacts on Natural Habitat for the United States of America” In: PLoS ONE 4(8): http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0006802

MERENNE-SCHOUMAKER Bernadette (2007), Géographie de l’énergie, Belin, Paris, 272p.

TOPҪU Sezin (2013), La France nucléaire : L’art de gouverner une technologie contestée, Seuil, Paris, 349p.

[1] Conférence de Wolfgang Brücher au Festival International de Géographie de St-Dié en 2007


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *