1945-1966 : La bombe nucléaire suédoise avortée

Passée inaperçue dans la presse française, la Suède connaît depuis quelques mois un profond débat sur son architecture de défense. Adhésion à l’OTAN, augmentation du budget de l’armée, alliances bilatérales, entente militaire avec ses partenaires nordiques, tous ces thèmes, ravivés par la crise en Crimée, seront au cœur des prochaines élections générales en septembre 2014. Toute proportion gardée, cette introspective suédoise est l’occasion de revenir sur un autre débat militaire qui anima le pays : l’acquisition d’un arsenal atomique.

Pour comprendre les choix électronucléaires d’un pays, il faut en interroger les perceptions. Ces perceptions, ou  représentations, sont les outils de l’analyse géopolitique. Dans un entretien accordé à la revue Hérodote pour son centième numéro, François Roussely, ancien PDG d’EDF, liait la crise de confiance dans l’énergie atomique à la perte d’un lien positif préexistant entre nucléaire civil et militaire. Depuis la chute du Mur de Berlin, le nucléaire militaire serait apparu comme moins utile, moins protecteur, car ne garantissant plus un équilibre entre les forces post-Yalta. Ce changement d’image aurait influencé celle du nucléaire civil. Par capillarité, les représentations de l’arme atomique influenceraient celles de l’électronucléaire.

Quelles relations la Suède a-t-elle entretenue avec l’arme nucléaire ? Depuis la signature du traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 1968, la Suède est devenue un objet d’étude pour les politologues et autres spécialistes de la lutte contre la prolifération. Pourquoi ce pays, techniquement capable d’acquérir la bombe, y avait-il renoncé un quart de siècle après avoir débuté les recherches ? Alors que les archives du programme nucléaire militaire suédois ne seront totalement ouvertes qu’en 2030, cet article propose un état des lieux de la question.

 

1)    De l’indécision politique à la liberté d’action : une courte histoire du programme nucléaire militaire suédois

 

Le 17 août 1945, Helge Jung, commandant en chef des forces armées suédoises, chargea le Försvarets Forskningsanstalt (FOA), l’institut national de recherche stratégique, de la rédaction d’un rapport sur l’arme qui venait de frapper Hiroshima onze jours auparavant. Le même jour, une demande de subvention afférente à ces recherches, d’un montant de 1,625 millions de Couronnes suédoises, fut transmise au parlement. L’histoire du programme militaire nucléaire suédois débutait. Alors que l’industrie suédoise de l’armement avait tourné au ralenti durant la Seconde Guerre mondiale, le pays ne devait prendre aucun retard sur les autres nations européennes.

En novembre de la même année, le gouvernement mit en place l’Atomkommitén, un regroupement de dix experts, industriels, chercheurs et militaires, en charge de le conseiller sur le développement d’un programme électronucléaire. Ce comité donna naissance en avril 1947 à AB Atomenergi (AE), entreprise publique chargée de la conception des réacteurs du futur parc nucléaire suédois. Ainsi, les programmes civil et militaire devaient être menés de front. A posteriori, cette concomitance n’a pas été sans soulever de questions sur la hiérarchisation des priorités. Dans une enquête publiée en 1985 dans l’hebdomadaire Ny Teknik, le journaliste Christer Larsson dépeint le programme civil comme subordonné à la fabrication de la bombe. Celui-ci aurait été conçu dans le but de satisfaire les besoins militaires. Il est vrai que l’AE et la FOA eurent de fréquentes relations, l’un travaillant parfois pour l’autre, et inversement, floutant ainsi la ligne de démarcation. Les dernières recherches menées par Thomas Jonter de la Stockholm Universitet tendent toutefois à réfuter les conclusions de Larsson. Si les deux organismes ont parfois partagé la même main-d’œuvre, les mêmes chercheurs, c’est avant tout parce que les moyens humains de la Suède étaient limités. Le pays ne pouvait techniquement pas mener deux programmes hermétiquement séparés. Mais plus encore, d’après Jonter, dès novembre 1945, la recherche de la bombe aurait été théorisée comme un spin-off du nucléaire civil et non l’inverse.

Les premiers rapports se concentrèrent sur les modalités de conception de la bombe. Entre l’uranium enrichi et le plutonium, c’est le second qui fut privilégié dès 1948. Le pays ne disposait à l’époque pas de la technologie, ni des ressources financières, pour construire une usine d’enrichissement. Le plutonium pouvait être obtenu comme sous-produit des réacteurs utilisant l’uranium naturel en tant que combustible et l’eau lourde comme modérateur. Opportunément, ceux-ci devaient alors constituer le parc électronucléaire suédois. Parallèlement d’importantes ressources d’uranium, les plus importantes d’Europe à l’époque, avaient été identifiées dans le sud-ouest du royaume en 1945. Demeuraient deux problèmes.

Premièrement, comment acquérir assez d’eau lourde pour ce programme ? Le pays avait auparavant acheté des stocks américains et norvégiens pour ses recherches, mais une production de plutonium à grande échelle en demanderait bien plus. De plus, ces stocks devaient être totalement libres de restriction d’utilisation militaire. Deux alternatives furent envisagées : l’importation de Norvège, principal pays producteur d’eau lourde, ou bien la construction d’une usine en Suède. Si la première solution semblait moins onéreuse, elle était aussi considérée plus aléatoire. Le lancement de parcs nucléaires dans les autres pays européens durant les années 1950 et 1960 était susceptible d’accroître la compétition sur les réserves norvégiennes d’eau lourde.

Secondement, dans le cas où les besoins suédois pouvaient être satisfaits, il restait encore à produire le plutonium. Les chercheurs du FOA hésitaient entre une production grâce à des réacteurs à double utilité, civile et militaire (d’abord à Ågesta dans la banlieue de Stockholm, puis à Marviken à l’ouest de Norrköping), et des réacteurs dédiés uniquement à la bombe. Les projections montrèrent que la première alternative risquait de réduire fortement la rentabilité du parc électronucléaire. La constitution des stocks de plutonium aurait demandé de changer trop fréquemment les combustibles d’uranium. Pour la dernière étape, il fallait envisager une solution pour extraire le plutonium des combustibles usagés. Pour ce faire, la seule alternative était de construire, en Suède, une usine de retraitement. Fort heureusement, cette possibilité entrait dans les projets du programme électronucléaire qui, alors, envisageait d’obtenir par retraitement les combustibles de futurs réacteurs surgénérateurs. Toutefois, un bémol : la Suède, avait participé à la construction en Belgique d’une usine européenne, Eurochemic, qui lui permettait de retraiter ses déchets. Il pourrait être difficile de convaincre le public de la nécessité et de l’intérêt économique d’en rebâtir une en Suède.

Sur le plan scientifique et technique, les recherches avancèrent rapidement. La formation des spécialistes était assurée à l’école polytechnique de Chalmers (Göteborg) et à l’Institut Royal de Technologie de Stockholm. En plus de cette nouvelle main-d’œuvre, la FOA et l’AE pouvaient compter sur un groupe de chimistes et physiciens nobélisés dont Niels Bohr, Theodor Svedberg et Kai Siegbahn. La mobilisation de leurs réseaux au sein des milieux scientifiques étrangers, particulièrement en France et aux États-Unis, permit d’accélérer les travaux.  On estime aujourd’hui que la Suède a atteint la capacité technique et scientifique nécessaire à la production d’une bombe atomique en 1955. Évidement on parle ici d’une seule charge. La fabrication d’un arsenal plus grand aurait demandé de résoudre les problèmes d’approvisionnement en matière fissile exposés ci-dessus.

Jusqu’en 1954, les décisions quant aux orientations du programme nucléaire militaire étaient limitées à un cercle restreint d’hommes politiques du gouvernement, d’officiers et de scientifiques. Ce n’est qu’à cette date que la question fut débattue au parlement et au sein de la société civile. Sommairement, le parlement prit la décision de ne pas décider sur l’obtention de l’arme nucléaire. Le pays n’étant, d’après les rapports présentés, pas encore techniquement prêt à avoir l’arme, une décision immédiate ne devait pas être nécessaire. Mais en 1958, les recherches eurent atteint un point où un accord devenait obligatoire pour continuer. Deux propositions furent présentées au parlement par le commandant en chef des forces armées. La première donnait clairement à la FOA l’autorisation de procéder aux derniers ajustements permettant la fabrication, d’abord d’une bombe, puis d’un arsenal complet. La seconde ne laissait à l’armée que le droit de mener des recherches sur les moyens de se protéger d’une attaque nucléaire ennemie. C’est cette seconde proposition qui fut adoptée.

Les recherches sur l’arme nucléaire étaient-elles pour autant totalement enterrées ? La seconde proposition interdisait à la FOA de poursuivre ses travaux sur la fabrication d’une bombe suédoise. Mais en réalité, la limite séparant ces recherches et celles sur la protection était mince. Après tout, pouvait-on savoir exactement comment se protéger d’une arme atomique si on ne savait pas comment elle fonctionne, quelles sont ses conséquences, quelles sont les différentes conceptions qui existent, etc. La FOA a-t-elle dépassé cette limite et continuer des travaux portant sur la fabrication d’un arsenal nucléaire ? Cette question est encore débattue par les historiens, et il faudra probablement attendre l’ouverture totale des archives pour y trouver une réponse. Ce qui est certain c’est que des recherches militaires sur le comportement du plutonium ont continué à être réalisées, et que différentes études sur le coût de l’obtention des matières fissiles nécessaires ont été commandées. Il est d’ailleurs probable que cette solution floue que les historiens suédois appellent la liberté d’action, laissant la possibilité à la FOA de continuer ses travaux, fut tacitement orchestrée par le pouvoir social-démocrate au gouvernement. Le parti était alors fortement divisé sur l’avenir nucléaire militaire de la Suède.

Au tournant des années 1970, il apparut aux industriels du programme civil que le développement des réacteurs à uranium naturel et eau lourde n’était plus économiquement pertinent. Profitant d’une baisse du prix de l’uranium enrichi produit aux États-Unis, les réacteurs à eau légère offraient de meilleures performances et une meilleure rentabilité. Ces derniers devaient équiper le parc électronucléaire suédois. Concrètement, ce virage technique signifiait l’impossibilité d’obtenir librement le plutonium pouvant, éventuellement, servir à une future bombe dans le cas d’un revirement politique. La Suède avait signé en 1966 un contrat d’approvisionnement en uranium enrichi avec les États-Unis jusqu’en 1996. En contre-partie, le pays devait renoncer à l’utilisation militaire de ce combustible. Comprenant l’urgence de la situation, le commandeur en chef des armées fit parvenir la même année une nouvelle requête de subvention au gouvernement pour le financement de réacteurs militaires et de recherches ouvertement destinées à la fabrication d’une bombe. Son refus marqua la fin pratique du programme nucléaire militaire suédois. Moins de deux ans après, le royaume apposait sa signature au traité sur la non-prolifération des armes nucléaires.

 

2)    Une bombe pour se défendre de qui ? Une bombe pour se défendre comment ?

 

En 1949, conformément à sa politique de neutralité perpétuée depuis le début du 19ème siècle, la Suède décida de ne pas adhérer à l’OTAN. L’orientation diplomatique du royaume se définit comme « alliansfrihet på fredstid, syftande till neutralitet i krig  », la non-appartenance à des alliances en temps de paix visant à la neutralité en temps de guerre. C’est assez naturellement dans ce cadre doctrinal que l’obtention de la bombe fut initialement justifiée par les officiers des armées. L’arsenal atomique devait participer à garantir la neutralité du royaume, mais surtout à prouver la capacité du pays à maintenir cette politique. La pratique s’éloigne toutefois de la théorie. Malgré cette politique de « non-alliance », la Suède a mis en place une politique dite de neutralité active, entretenant d’intenses relations économiques mais aussi militaires avec le bloc ouest et singulièrement avec les États-Unis. L’armée suédoise envisagea jusqu’au début des années 1960 d’acheter des missiles balistiques équipés de charges nucléaires aux forces américaines.

D’un point de vue stratégique, l’état-major des armées considérait l’URSS comme l’agresseur le plus plausible en cas de conflit. Toutefois, la provenance de cette menace ne fut que rarement verbalisée. Jouant d’euphémismes et de périphrases, le risque n’était pas soviétique, mais oriental ou plus globalement venant de l’est. Deux raisons expliquent ces précautions sémantiques. Premièrement, désigner l’URSS comme ennemi potentiel aurait décrédibilisé ipso facto la neutralité. Secondement, le gouvernement social-démocrate au pouvoir comptait dans ses rangs des militants, ainsi que certains cadres, ayant de la sympathie pour l’Union Soviétique.

Géographiquement, une attaque soviétique n’aurait pu suivre que deux chemins. Le premier, terrestre, aurait nécessité l’invasion préalable de la Finlande. Cette route était considérée comme peu probable pas les états-majors suédois. Ces derniers accordaient beaucoup plus de crédibilité au risque d’un débarquement sur les côtes du pays. La doctrine suédoise d’emploi de l’arme atomique se dirigeait contre une potentielle attaque navale. La bombe devait être lâchée soit dans les ports d’embarquement avant le départ, soit sur la flotte en route si sa disposition regroupée en permettait la destruction et, en derniers recours,  sur les têtes de ponts installées sur les côtes suédoises.

Pour ce faire, l’arme devait être en priorité affectée aux forces aériennes. Ce choix n’est pas sans relation avec la préexistence en Suède d’une puissante industrie militaire aéronautique, le groupe SAAB. Le SAAB 32 Lansen mit en service en 1955 fut considéré comme apte à transporter la bombe. Le SAAB 37 Viggen, alors en planification, devait constituer le principal vecteur de l’arsenal atomique. La réalisation d’un bombardier supersonique, le SAAB 36 aussi connu comme Projekt 1300, spécialement dédié à la bombe atomique, fut un temps envisagé. L’abandon du programme militaire nucléaire entraîna l’arrêt de sa conception. Plus marginalement, la FOA demanda à SAAB de réaliser des travaux préliminaires pour un dispositif terrestre de missiles sol-sol.

 

3)    L’arrêt du programme nucléaire militaire suédois : les raisons d’un abandon politique

En novembre 1984, le Washington Post dédiait sa une à un article accusant la Suède d’avoir maintenu son programme nucléaire militaire. L’enquête accusait le pays d’avoir réalisé, secrètement, plusieurs essais nucléaires. Cette révélation s’avéra être une mauvaise interprétation. Les chercheurs suédois avaient en effet réalisé un test d’explosion impliquant du plutonium. Mais il ne s’agissait pas d’une explosion atomique avec masse critique, mais d’une expérience visant à étudier les réactions physique du plutonium lors  d’une détonation. Les quantités utilisées de matières fissiles représentèrent 1/1000ème de la masse nécessaire à la production d’une bombe. D’une manière générale, même si cela a longtemps été fantasmé, il paraît très peu probable que l’armée suédoise ait pu, clandestinement, continuer son programme nucléaire après les années 1970. La politique de transparence et l’accès public aux données financières de l’État semblent exclure de telles dérives.

L’élément déclencheur de l’abandon de la bombe suédoise fut la décision d’arrêter le développement des réacteurs à uranium naturel pour privilégier l’uranium enrichi. Utilisant du combustible importé des États-Unis, conditionné à une utilisation uniquement pacifique, il ne permettait pas d’obtenir du plutonium en quantité militaire. Deux points expliquent ce virage technologique. Tout d’abord, particularité suédoise, le programme électronucléaire fut conjointement développé par des entreprises publiques et privées. Le partage du leadership entre les deux fut l’objet d’un long conflit. Le renoncement aux réacteurs à uranium naturel marque la victoire des intérêts privés, mus par la rentabilité économique, sur la volonté étatique de construire une filière nationale totalement indépendante. Secondement, le choix des réacteurs à uranium enrichi est la conséquence de la baisse artificielle des prix des combustibles américains théorisée comme outil de la lutte contre la prolifération atomique. Mais si le virage technique fut le catalyseur de l’abandon du programme militaire, il n’en est en rien une explication. Le gouvernement suédois aurait parfaitement pu financer des réacteurs dédiés uniquement à la production de plutonium pour l’arme. Ce qui explique la décision de ne pas acquérir la bombe atomique, c’est un manque de volonté politique. D’où vient-il ?

On peut, sommairement, citer l’explication cultUralict. Paul M. Cole (1997) voit dans l’histoire de la Suède et dans ce qu’il appel son éthique nationale les raisons de l’arrêt du programme militaire. Les Suédois n’exprimeraient pas leur prestige national par l’acquisition de pouvoir militaire. Le pays n’aurait donc pas eu la même appétence pour l’arme nucléaire.

Au sein même de l’armée, les opinions étaient loin d’être unanimement en faveur de la bombe nucléaire. Singulièrement, la question nucléaire militaire s’est inscrite dans le récurent affrontement entre les armes. L’acquisition d’un arsenal suédois devait clairement profiter à l’armée de l’air, son vecteur privilégié. Les recherches et subventions s’y seraient concentrées. Cette possibilité déplut particulièrement à la Marine, dont l’état-major exprima très tôt sa position réservée quant au programme militaire nucléaire. De plus, le changement de la doctrine d’emploi de l’arme atomique avait bouleversé les schémas stratégiques. De la doctrine Dulles des représailles massives on passa à la doctrine MacNamara de ripostes graduées. Dans ce cadre, les stratèges suédois considérèrent le risque de voir la Suède ciblée par une frappe nucléaire initiale comme particulièrement mince. Si attaque il devait y avoir, elle serait probablement menée par des armes conventionnelles. Or il était considéré que la prolongation du programme nucléaire militaire nécessiterait des redirections budgétaires signifiant de drastiques baisses dans le développement conventionnel des armées. Développer l’arme atomique aurait comme conséquence d’affaiblir le reste de la protection suédoise. Ainsi en cas d’offensive, le pays, n’étant pas en capacité de se défendre conventionnellement, serait obligé d’ouvrir le feu nucléaire le premier, déclenchant ainsi une guerre atomique.

Au moment de la décision politique de 1958, l’opinion publique était largement en faveur de l’acquisition d’une bombe. 40% des sondés soutenaient le projet alors que seulement 17% se disaient fortement contre. Ce soutien était encore plus marqué dans le sud du pays, région traditionnellement plus conservatrice, où 57% des sondés se disaient favorable au programme militaire. Le choix d’aller à l’encontre de la population résulte des nombreuses divisions et pressions internes au Parti Social-Démocrate.

Continuellement au pouvoir de 1932 à 1976, l’histoire de la bombe suédoise se fond dans celle du contrôle politique de la Suède par le Parti Social-Démocrate (Socialdemokraterna). Les principaux soutiens du projet se trouvaient dans l’état-major du parti, dont, non des moindres, le premier ministre Tag Erlander et son protégé et successeur Olof Palme. Mais même les élites du parti étaient divisées sur la question. Parmi les opposants, le plus influent fut Östen Undén, ministre des affaires étrangères de 1945 à 1962. Juriste et haut-fonctionnaire, Undén était membre de l’aile la plus à gauche des Socialdemokraterna, considéré par certains comme un marxiste convaincu. Mais il était, par-dessus tout, un neutraliste doctrinal. Dès 1955, il défendit l’idée qu’une bombe suédoise rendait le territoire du royaume plus vulnérable car perçue comme une menace tangible par l’URSS. En 1959, il débuta son engagement pour le désarmement nucléaire qui le mena en 1961 à présenter le Plan Undén aux Nations-Unies, demandant aux pays ne possédant pas encore la bombe atomique d’y renoncer définitivement. Les historiens des relations internationales considèrent aujourd’hui que c’est Undén qui, par son influence sur Tag Erlander, orienta la diplomatie suédoise durant les vingt premières années de la Guerre Froide.

 

Au sein du parti, il faut souligner l’importance des Sveriges Socialdemokratiska Kvinnoförbund (S-Kvinnor), la fédération des femmes social-démocrates. Dès mai 1956, le congrès des S-Kvinnor prit position contre la bombe atomique. Ulla Lindström, ministre de la famille de 1954 à 1966 et unique femme membre du gouvernement, et Inga Thorsson, députée au Riksdag et présidente des S-Kvinnor, furent parmi les plus actives et influentes opposantes. La dernière devint diplomate, ambassadrice en Israël puis aux Nations-Unies. Présidente de la délégation suédoise à la Conférence de Genève pour le désarmement, elle se spécialisa dans la lutte contre la prolifération. Les S-Kvinnor furent rejointes par l’association de la jeunesse social-démocrate, le Sveriges Socialdemokratiska Ungdomsförbund dans leur lutte. Ainsi, le parti était largement divisé sur l’acquisition de la bombe atomique. En 1958, le PSD créa un comité interne, dirigé par Olof Palme, pour déterminer la position officielle du parti. Sans surprise, il fut décidé… de ne pas décider. Le comité conclut que la Suède devait attendre et observer les évolutions de la scène internationale avant de statuer sur un armement nucléaire. Il fallait d’un côté observer si les initiatives pour un désarmement avaient une chance d’aboutir, ou, si au contraire, les tensions entre les blocs se durcissaient. C’est de cette analyse qu’émergea la ligne de la liberté d’action mentionnée auparavant. Cette indécision était stratégiquement bénéfique pour le parti.  Alors que les sociaux-démocrates devaient à la fin des années 1950 gérer une délicate réforme du système des retraites, il fallait absolument montrer l’image d’un parti uni et solide. La liberté d’action permettait de satisfaire tant les soutiens que les opposants au programme nucléaire militaire, chacun pouvant l’interpréter selon ses aspirations. Au cours des années 1960, le travail de sape interne des opposants parvint à renverser de leur côté l’opinion majoritaire du parti. Dans l’opposition, les partis dits bourgeois, c’est-à-dire les modérés (Moderaterna) et les libéraux (Folkpartiet) s’accordaient en faveur de l’arme. Mais au tournant des années 1970, le soutien de l’opinion publique au programme nucléaire militaire s’était évaporé. En 1967, 69% des sondés se disaient opposés à l’acquisition d’un arsenal nucléaire par la Suède.

Le débat sur l’arme atomique avait fait émerger dans la société civile suédoise, le plus important mouvement populaire que le pays ait connu jusqu’alors. En juin 1958, un groupe de vingt et un intellectuels lancèrent l’Aktionsgruppen mot svenska atomvapen (AMSA), le groupe d’action contre l’arme atomique suédoise. Dirigé par l’écrivain Per Anders Fogelström, l’AMSA évoluait principalement dans l’entourage du PSD et trouvait ses militants dans la jeunesse social-démocrate. Toutefois, l’audience de cette association dépassait largement les limites du parti. L’idéologie pacifiste d’AMSA dépassait la simple opposition au nucléaire militaire. Il défendait l’idée d’une suppression des forces armées suédoises afin de rediriger les moyens vers une aide médicale et technique envers les pays du tiers-monde. Cette position obligea le PSD à prendre ses distances avec l’AMSA. L’association gagna malgré tout en popularité dans le pays. Les manifestations et actions qu’elle organisa furent alors parmi les plus importantes réalisées en Suède. Dans le même temps, la contestation grandissait contre les projets d’extraction d’uranium dans le centre du pays et contre le plan de construction d’une usine de retraitement à Sannäs sur les côtes du Bohuslän. S’il est difficile de quantifier l’influence que ce mouvement populaire eut sur la prise de décision politique, il est certain qu’il a participé au changement de position du PSD et au retournement de l’opinion publique.

 

Depuis 1998, la Suède réalise son introspection quant à son passé nucléaire militaire. Les recherches, financées par la Strålsäkerhetsmyndigheten, l’autorité suédoise de sûreté radiologique, sont destinées à l’AIEA. L’objectif est de fournir à l’agence toutes les informations permettant de surveiller la conformité de la Suède aux règles de non-prolifération. L’AIEA n’a pas manqué d’applaudir l’initiative suédoise et de presser tous les signataires du TNP à l’imiter.

On estime que le coût total du programme nucléaire militaire entre 1945 et 1965 a représenté 5% du budget total de la défense suédoise. Malgré ce que certains observateurs ont avancé, le royaume aurait aisément pu acquérir un arsenal nucléaire sans mettre en danger la stabilité économique de l’État Providence. En déplaise aux amateurs de modèle, l’abandon du programme nucléaire militaire suédois est difficilement conceptualisable. Il est le résultat d’un emboîtement d’évènements internes et externes, politiques et socio-économiques, survenus dans un contexte national singulier. Reste aux spécialistes de la lutte contre la prolifération à essayer d’en retirer de possibles stratégies adaptables aux pays actuellement sur le chemin de la bombe.

 

Pour aller plus loin:

AHLMARK  Per (1965) Den svenska atomvapendebatten. Stockholm: Utrikespolitiska institutet, 145p.

COLE Paul (1994). Sweden without the bomb : the conduct of a nuclear-capable nation without nuclear weapons. Santa Monica: Rand, 298p.

COLE Paul (1997). «Atomic bombast: Nuclear weapon decision‐making in Sweden, 1946–1972». In: The Washington Quarterly, vol. 20, pp. 233-251

GYLDÉN Nils (2010). Svenska kärnvapen? : en antologi uppsatser kring frågan om svenska taktiska kärnvapen under kalla kriget. Stockholm : Försvarshögskolan, 91p.

JONTER Thomas (2001). Sweden and the Bomb The Swedish Plans to Acquire Nuclear Weapons, 1945–1972. Stockholm: SKI Report, 88p.

JONTER Thomas (2002). Nuclear Weapons Research in Swede : The Co-operation between Civilian and Military Research, 1947 – 1972. Stockholm: SKI Report, 82p.

JONTER Thomas, VAN DASSEN Lars (2005). « Making historical surveys of states’ nuclear ambitions: Experiences from the Baltic Sea Region». In: The Nonproliferation review, Vol. 12, 225-270

JONTER Thomas (2008). « The Swedish Plans to Acquire Nuclear Weapons, 1945–1968: An Analysis of the Technical Preparations». In: Science and Global Security, 18, n°2, pp. 61-86.

PRAWITZ Jan (1995). From nuclear option to non-nuclear promotion: the Sweden case. Stockholm: Swedish Institute of International Affairs, 101p.

VAN DASSEN Lars (1998). Sweden and the Making of Nuclear Non-Proliferation: From Indecision to Assertiveness. Stockholm: SKI Report, 40p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *